« A celebrity is someone who is famous for being famous » (« une célébrité est quelqu’un qui est célèbre en raison de sa célébrité »)

En ces temps bizarres de confinement généralisé, les artistes au grand cœur donnent des concerts gratuits en direct de leur salon. Je parle ici des artistes célèbres, ceux dont les concerts se payent Le roi est nuau prix fort en temps normal.
J’ai ainsi pu apercevoir Mathieu Chedid et Jean-Louis Aubert… à poil, pour ainsi dire ! C’est-à-dire sans musiciens pour accompagner leurs chansons, sans le déluge de lumières qui habillent habituellement leurs concerts, sans le décorum et le public en délire.
Eh bien, je dois dire que je n’ai pas été déçu du voyage… Les voir s’agiter derrière un micro accompagnés de leur seule guitare montre à quel point le « roi est nu » !
Une fois dépouillés de leur beau costume, il ne reste que des gens très ordinaires dont la technique vocale et instrumentale très banale ne les différencie pas de chanteurs amateurs.
Cependant, mis à part quelques vieux barbons comme ma pomme, il n’y a pas grand monde pour s’écrier : le « roi est nu » ! Pour la foule de leurs admirateurs, et peut-être même pour d’autres confinés qui s’ennuient, ces chanteurs-là restent vêtus du plus sûr des costumes : celui de la célébrité. Célébrité entretenue à grand renfort de superlatifs par le petit monde médiatique et qui finit par tenir lieu de talent.

Pierre Delorme

6 commentaires »

  1. Norbert Gabriel dit :

    Salut
    Eh bien, ça tombe impecc’ cette chronique, j’en ai vu un ou deux, et j’avais juste envie de leur lancer des tomates… Par contre, il y en a aussi, peut-être moins médiatisés, qui offrent des très jolies choses… Je pense en particulier à Lili Cros et Thierry Chazelle… Thibaud Defever aussi a mis en ligne une musique en guitare solo qui est remarquable…
    Hasta la vista.

  2. Bruno Ruiz dit :

    Oui, j’ai vu. Coluche disait aussi en son temps : « Pour être célèbre il faut passer à la télé, et pour passer à la télé il faut être célèbre. » Mais il y aura toujours des fans pour dire qu’ils savent rester eux-mêmes, la preuve ; qu’ils ont l’humilité et le courage d’accepter de se montrer sans artifice ; et surtout, surtout, la générosité de se montrer tels qu’ils sont, loin de cet univers sale (pouah l’argent, quelle vulgarité…) du show-business ; pour ce « donner » aussi gratuitement à leur public parce que ce sont de vrais artistes solidaires et engagés et que bon, tu vois le mal partout…

    • administrateur dit :

      ça n’était pas le sujet du billet. J’étais plutôt surpris par la médiocrité de ce que proposent ces artistes célèbres (parce que célébrés) une fois privés des artifices habituels de la scène. Il y a peu, ou même pas du tout, de différence avec les amateurs qui se filment dans leur salon. C’est l’occasion de se demander sur quoi repose la célébrité et les carrières dans ce domaine. Pour le reste, il n’y a pas de raison, à mon avis, de mettre en doute la sincérité de leur solidarité. :-)

  3. Bruno Ruiz dit :

    Oui, tu as raison. Je fais un mea culpa sur la suspicion de malhonnêteté. J’ai toujours pensé qu’une chanson c’était quelqu’un qui chantait des paroles sur un air. Non seulement il n’a pas besoin de tonnes de matériel pour le faire mais il n’a pas besoin non plus que sa mélodie soit harmonisée, même par un seul instrument. J’ai toujours été surpris par le public qui trouvait que c’était une prouesse que de chanter a capella…

  4. André ROBERT dit :

    C’est vrai que, dans l’exercice que vous évoquez, beaucoup d’artistes de la CFDQ (dit parfois ironiquement) rendraient blêmes bien des stars dépouillées de leurs attraits !
    Dans le « dépouillement ultime » j’ai entendu un jour Elsa Gelly chanter 1h 30 seule à capella ! Sublime.
    J’en ai entendu d’autres, plus ponctuellement, je me rappelle Marion Rouxin par exemple.
    Bref, quand les personnes ont appris à chanter et à jouer la comédie, c’est du nectar et pour 3 ou 4 fois moins cher que n’importe quel Bruel.

  5. André ROBERT dit :

    Parmi les artistes qui se sont manifestés récemment sur internet j’ai écouté avec intérêt Caligero chanter « On fait comme si », la Grande Sophie avec « Ensemble » et une belle découverte, la jeune Marion Roch, avec « Les mille pieuvres » texte plein de sensibilité sans mièvrerie.

Soumettre un commentaire concernant André ROBERT »