14184471_1063309017085649_8820915940794632232_nAutrefois, on appelait cet exercice un timbre*. Désormais, on dit goguette, une spécialité dans laquelle excelle aujourd’hui Patrice Mercier**, et qui consiste à s’emparer d’une chanson connue, à en conserver la musique et à écrire dessus un nouveau texte, généralement inspiré par l’actualité du moment.
Et puisque nous sommes ici sur un site consacré à la chanson, l’actualité récente qui a retenu notre attention concerne le chanteur Renaud, qui, dans un entretien au Figaro, a cru bon de renouveler son soutien au candidat François Fillon. Sans doute cela n’a-t-il pas manqué de troubler davantage encore une partie de ses fans déjà largement déstabilisés par les déclarations surprenantes, ces derniers temps, de celui qui clamait haut et fort : « Société, tu m’auras pas ! » Cela m’a en tout cas fourni l’occasion de me livrer à mon tour à cet exercice amusant du timbre, ou de la goguette, comme on voudra, en empruntant précisément au chanteur rebelle désormais domestiqué l’une de ses œuvres les plus connues, Laisse béton !, devenue J’vote Fillon !

Floréal Melgar

* http://www.crapaudsetrossignols.fr/2016/06/29/timbres/
** http://www.crapaudsetrossignols.fr/2016/06/29/en-goguette/

J’vote Fillon !
(sur l’air de « Laisse béton ! »)

J’étais coco, j’étais anar
Et accro au Ricard
Le type est entré dans le bar
Il a commandé un p’tit noir
Et y s’est approché de moi
Et y m’a regardé comme ça
– Toi ton vote, mon pote, il me botte
Je suis certain que tu hésites
Que tu sais plus où tu habites
J’vais te donner la solution
Pour les prochaines élections
Le meilleur, sûr, c’est Mélenchon
Moi j’y ai dit : j’vote Fillon !
Y m’a dit tu rigoles, c’est pas vrai, c’est une blague
Y’en a qui pour moins qu’ça ont fini au goulag !

J’étais anar, j’étais coco
Et accro au Pernod
Le type est entré dans le bar
Et a commandé du Ruinart
M’a chanté du Carla Bruni
Et m’a dit j’m’appelle Balkany
– Toi t’es un sage, je compte sur ton suffrage
Et bien sûr tu vas nous l’donner
On saura te récompenser
Toute cette batt’rie de casseroles
L’empêch’ra pas d’jouer l’premier rôle
Sarkozy c’est le vrai patron !
Moi j’y ai dit : j’vote Fillon !
Y m’a filé un gnon, j’y ai filé un marron
Y m’a dit « t’es bidon » et puis « casse-toi pauv’ con ! »

J’étais coco, j’étais anar
Et accro au pinard
Le type est entré dans le bar
Avec au bec un gros cigare
Puis y m’a tapé sur l’épaule
Et m’a regardé d’un air drôle
– Ton opinion, mecton, c’est pas bidon
J’parierais bien que tu balances
Que tu sais plus où va la France
J’vais te montrer la direction
Pour les prochaines élections
Le bon, c’est Emmanuel Macron
Moi j’y ai dit : j’vote Fillon !
Y m’a dit comm’ ministre je gagnais pas bézef
Alors je retourn’ voir mes amis du Medef

J’étais anar, j’étais coco
Et accro au bordeaux
Le type est entré dans le bar
Et a commandé du caviar
S’est arrêté à ma hauteur
Et puis m’a dit mon cher auteur
– Vos quatrains, vos refrains, c’est divin !
Au fond vous êtes un vrai centriste
Arrêtez d’jouer les anarchistes
Pour la prochaine présidentielle
C’est lui l’homme providentiel
Juppé va doper la nation
Moi j’y ai dit : j’vote Fillon !
Y m’a filé un chèque, j’y ai filé un bourre-pif
Y m’a filé sa carte et un emploi fictif

J’étais anar, j’étais coco
Accroc à l’apéro
La fille est entrée dans l’bistrot
En chantonnant « Heili, heilo »
Puis m’a entraîné Chez Gégène
C’était la Maréchal-Le Pen
– Ô mon chanteur, mon p’tit cœur, mon führer
Maint’nant que tu embrass’ des flics
Tu m’es devenu sympathique
Ton engouement pour la police
Plaît beaucoup à notre milice
Marine compte sur toi, fiston
Moi j’y ai dit : j’vote Fillon !
Elle m’a dit si c’est ça, j’tenvoie Gilbert Collard
Y va t’casser les noix, c’est un sacré connard !

J’étais anar, j’étais coco
Je buvais mon Cointreau
La fille est entrée dans le rade
A commandé une orangeade
Et m’a dit je suis écolo
Une fan de Nicolas Hulot
– L’écologie, mon chéri, c’est le parti des amis
Mais là l’important c’est qu’il faut
Faire barrage à Cécile Duflot
Faut des Verts dans les ministères
Mais ça ne pourra pas se faire
En s’réfugiant dans l’abstention
Moi j’y ai dit : j’vote Fillon !
Elle a dit non de non, a tourné les talons,
Déposé une motion, d’mandé mon exclusion

J’étais coco, j’étais anar
Affalé au comptoir
Le gars est entré dans le bar
A commandé un communard
Sapin m’a dit alors ça roule ?
Et ça m’a bien foutu les boules
– Mon gars, le père François, il compte sur toi
Le bilan du gouvernement
Tu l’as r’marqué est excellent
Malgré ce que prétend la presse
On a tenu toutes nos promesses
Et on va poursuivre notre action
Moi j’y ai dit : j’vote Fillon !
Pass’que j’crois dur comme fer que ça pourra se faire
Qu’un enn’mi d’la finance gouvern’ un jour la France

Quand tu fais des déclarations
A la gloire des flics et d’Fillon
C’est qu’t’as plus d’imagination
Et que t’es dev’nu un peu con

5 commentaires »

  1. Bea Tristan dit :

    AHHHHHHHHH ! tu vas la chanter j’espère !!!!!!

  2. Michel BIREM dit :

    Super !

  3. Bernard SCHERRER dit :

    Bravo Floréal pour ce brillant exercice, quant à Renaud qu’il la ferme dorénavant !

  4. jc fevrier dit :

    Bravo, bien vu les paroles !

  5. Un partageux dit :

    Combien d’années de pratique intensive des bistrots pour connaître autant de liquides fermentés rimant avec anar et coco ? ;o)

Soumettre un commentaire concernant jc fevrier »




Abonnez-vous à notre newsletter