unnamedDans mon quartier de Paris, il est un tout petit bureau de poste, récemment refait à neuf, où un petit espace, à l’écart des guichets, a été aménagé pour le retrait ou l’envoi des paquets. M’y étant rendu pour adresser La Chanson des trois gars à un bon ami, lecteur et abonné de « Crapauds et Rossignols » et pourvoyeur régulier d’ouvrages publiés par la maison d’édition où il travaille, je regardais les emballages proposés aux clients, hésitant entre deux pochettes plastifiées de formats différents. Constatant mon embarras, la postière présente se dirigea vers moi, toute souriante, en me demandant ce que je cherchais. « Je vais prendre cette pochette-là, lui dis-je, désignant la plus grande, c’est pour envoyer un bouquin. » Après un bref regard très professionnel vers l’ouvrage que je tenais à la main, l’aimable employée me dit avec assurance : « Ah ! non, la plus petite, ça va aller, on va essayer, vous allez voir. » Lui confiant alors le précieux document, j’eus la surprise de voir illico une jeune femme curieuse d’en connaître le contenu : « La Chanson des trois gars ? C’est quoi ce livre, ça m’intéresse, j’aime beaucoup la chanson ! » Je lui répondis qu’il s’agissait surtout de réflexions sur la chanson, et plus spécialement la chanson en marge, et que les articles émanaient d’un site internet dont je notais le nom sur un papier afin qu’elle puisse le consulter et se faire une idée. Aucun client ne manifestant d’impatience derrière nous – oui, je sais, ça surprend, mais c’est comme ça dans mon quartier –, ma postière se mit tout de go à lire l’introduction, d’un bout à l’autre. « Ah ! oui, ça m’intéresse. En plus, je rentre à l’hôpital la semaine prochaine, je vais avoir le temps de lire. On le trouve facilement ? » « Euh… non… pas vraiment. Mais si ça vous intéresse, je peux vous en fournir un exemplaire. » Là, je lui avouais que j’étais l’un des trois gars dont les noms figuraient sur la couverture.
Je suis donc revenu chez moi, m’en suis retourné dans mon petit bureau de poste de quartier avec l’exemplaire de la sympathique postière qui, toute contente, a souhaité « une petite dédicace ». Je lui demandai alors son prénom. Et comme en France tout finit par un prénom de chanson, elle a murmuré, souriante : Carole.

Floréal Melgar

8 commentaires »

  1. C’est une très jolie histoire.

  2. Chris Land dit :

    Carole… Carole… ! Carole… ?
    Non, décidément, je ne connais pas de chanson qui porte ce nom…
    Grave lacune. Éclairez-moi.

    • René Troin dit :

      Carol de Chuck Berry, adaptée en français par Manou Roblin sous le titre O Carole et gravée par Johnny Hallyday parmi d’autres Rocks les plus terribles.

  3. Gérard Caramaro dit :

    La vraie vie.

  4. Un partageux dit :

    Je crois bien que je n’ai jamais laissé de commentaire sur Crapauds et Rossignols. Et puis là, ben…
    Cette chronique me fait songer à une lointaine rencontre. Le gars, peintre en bâtiment fraîchement retraité, a commencé son apprentissage à 14 ans. Il se dit « amateur de chanson ». Je le laisse causer : j’ai tellement l’habitude d’entendre à la suite de ça des noms qui m’indiffèrent ou m’exaspèrent… Mais là, le gars me cause de Gaston Couté dont il sait par cœur toute une ratatouille de textes, de Jehan Jonas et puis aussi d’Allain Leprest et Leny Escudero, « des collègues du bâtiment ».

  5. Dalichoux dit :

    Belle rencontre

  6. leroux dit :

    Oh Carole, ne me regarde pas comme ça, qu’il lui a dit Floréal…

  7. Michel BIREM dit :

    Merci ! Belle nouvelle simple, touchante et attachante.
    La postière me fait penser à la mienne, pas dans mon village où il n’y a jamais dû avoir de Poste, mais dans le village voisin, à peine plus grand, où demeure un petit bureau de Poste subventionné par la municipalité qui ne veut pas voir mourir sa commune.
    La mienne prend le temps de me donner des conseils, parle de la pluie et du beau temps, s’enquiert de la santé de la famille, même si des gens attendent. D’ailleurs ces derniers se mêlent eux aussi à la conversation.
    C’est en milieu rural et non pas à Paris et c’est peut-être plus normal.
    Mais faudra que je demande à ma postière si elle aime la chanson, laquelle, et si elle vient sur ce site.

Soumettre un commentaire concernant Michel BIREM »