Mon premier risque de disparaître s’il y passe.
Mon deuxième est moins efficace coupé de son « cut ».
Mon troisième va par deux chez Dupont.
Mon tout peut se perdre parfois.

Un indice : mon premier est la plus haute carte.

Mon premier, c’était [l’as]. Pour mon deuxième, se souvenir de L’As des as, un film de Gérard Oury, où l’[upper]cut vole haut, pouvait aider. Pour mon troisième, il fallait choisir le bon Dupont, à savoir Pierre, le poète de « J’ai deux grands [bœufs] dans mon étable ». 
Le tout, pour mon tout, donnait
La Superbe de Benjamin Biolay (eh ouais !).

 

2 commentaires »

  1. dalichoux dit :

    asterix

Soumettre un commentaire concernant René Troin »