Either this is a new layout, or it has just been Reset. You can start building this layout by adding/removing modules from/to it.

Un poème chanté devient-il de fait un texte de chanson ? La question n’a bien sûr pas une grande importance, ce qui est une bonne raison de tenter d’y répondre.
Les poèmes de poètes célèbres, tels Hugo, Verlaine, Rimbaud, Apollinaire, Aragon, ont été parfois mis en musique par des auteurs-compositeurs-interprètes qui les ont transformés en chanson. Le simple fait de les mettre en musique et de les chanter ne suffit cependant pas à en faire forcément des chansons.
Les moyens sont divers pour rapprocher le poème du format « paroles » de chanson. On peut choisir de chanter seulement quelques strophes du poème pour ne pas excéder la durée moyenne habituelle d’une chanson (Brassens dans Les oiseaux de passage de Richepin ou Les passantes d’Antoine Pol), on peut aussi « tailler » dans le poème pour des motifs esthétiques, des problèmes de sonorité. On peut éventuellement transformer en refrain un vers qui n’apparaît qu’une fois dans le poème (Léo Ferré dans Est-ce ainsi que les hommes vivent ? à partir de Bierstube Magie allemande d’Aragon), on peut aussi grâce à la mélodie proposer un découpage rythmique différent selon les vers (pourtant réguliers, comme les alexandrins de Green de Paul Verlaine par Léo Ferré*), ou encore en ajoutant des la la la, caractéristiques des chansons, qui n’étaient pas à l’origine dans le poème (Je vous vois encore du même Ferré à partir d’un poème de Verlaine).
Il arrive aussi que le poème soit donné dans son intégralité et que la seule grâce de la mélodie le transforme en chanson et fasse oublier que le texte a d’abord existé à l’état de poème silencieux (Vieille chanson du jeune temps de Victor Hugo mis en musique par Julos Beaucarne).
Modifications du poème d’origine, création d’un refrain qui n’existait pas, travail rythmique sur la métrique, ou parfois simplement « génie »  de la mélodie constituée des notes qu’il faut sur les mots qu’il faut, le poème peut devenir une chanson et même un grand succès populaire (voir Ferrat / Aragon).
Dans la plupart des cas, il s’agit d’introduire davantage de répétitions dans le poème. Une chanson est constituée d’éléments répétés, c’est sa caractéristique. Répétition des couplets et des refrains qui alternent, de la métrique (les chansons usent peu du vers libre), retour des sonorités avec les rimes, et répétitions aussi sur le plan musical, celle des phrases mélodiques et de leur harmonisation, de l’agencement des mesures (carrure), etc. Ces répétitions caractéristiques, notamment dans le texte, ces retours réguliers sont des éléments qui différencient l’activité du poète de celle du parolier de chansons qui y prêtera plus d’attention.
Cette caractéristique de la chanson fait que les poèmes (plus anciens) à forme régulière sont mis davantage en musique que ceux (plus modernes) en vers libres. La régularité de la métrique et des strophes, la carrure même du poème s’adaptent plus facilement aux contraintes des régularités musicales que réclame le style chanson.
L’absence de ces modifications et de l’introduction de plus d’éléments répétés à partir du poème empêchent le plus souvent de le faire entendre comme une véritable chanson, il demeure simplement un poème chanté. Comme ce fut le cas chez les auteurs-compositeurs-interprètes dont les propres textes très ambitieux sur le plan littéraire (des textes parfaitement adaptés à la simple lecture silencieuse et qui « tiennent » à la page) ont été chantés le plus souvent sur quelques accords sans aucun travail rythmique spécifique sur les vers, une phrase musicale coïncidant généralement avec un vers, phrase musicale le plus souvent assez linéaire et plus proche de la scansion d’église (une série régulière de notes brèves répétées qui se termine sur une valeur longue) que de la mélodie de chanson.
La répétition et les retours réguliers ne sont que quelques éléments objectifs qu’il est évidemment impossible d’appliquer mécaniquement pour trancher la question de savoir si un poème chanté devient une chanson, d’autant que la part subjective reste importante dans ce domaine et que cette pauvre question inutile nous conduira inévitablement vers une question plus vaste encore : qu’est-ce qu’une chanson ?

Pierre Delorme

* http://www.crapaudsetrossignols.fr/2018/09/25/leo-ferre-pris-au-piege-de-green/

Soumettre un commentaire »




rubriques

Abonnez-vous à notre newsletter