J’ai regardé à la télévision un concert de Patrick Bruel. Seulement une partie, je l’avoue.
J’avoue aussi que, jusqu’à présent, j’ai toujours été réticent à employer l’adjectif « crétinisant » en parlant de chanson, tant cela me semblait devoir rejaillir sur le public lui-même, devenu du coup « crétin ». Je me suis de la même manière toujours méfié du rejet systématique des divertissements populaires par ceux qui préfèrent des activités culturelles plus élevées ou prétendues telles.
Eh bien, je dois faire ici mon mea culpa. En écoutant et regardant Patrick Bruel, sexagénaire qui se dandine sur des musiques qui swinguent comme un fer à repasser, devant une foule (adulte) Paire 2ébaubie qui se dandine aussi et agite parfois des pancartes en forme de cœur où il est écrit « Patrick, on t’aime », je me suis surpris à me dire que c’était là un bel exemple de chanson crétinisante pour pauvres gens, qui au passage paient fort cher leur billet pour se faire crétiniser.
Je passerai sur la performance vocale de Bruel dont on peut se demander ce qui s’est passé pour qu’il prenne un jour la simple idée de chanter… Si j’étais mauvaise langue je pourrais aussi me demander ce qui a bien pu se passer pour qu’il pense un jour être en mesure de jouer la comédie ?
Bref, ce concert est une débauche de médiocrité sous un déluge de lumières et d’écrans où surgissent parfois les paroles des refrains (avec une faute d’orthographe en prime !) pour que tout un chacun chante avec Patrick.
Vers la fin du show, tandis que la foule ovationne le chanteur, de gros cubes de couleurs s’illuminent sur lesquels il est écrit « Merci »… C’est bien le moins, chacun aura permis de garnir un peu plus l’escarcelle de ce brave homme et du petit monde qui gravite autour de lui.
Ce type est un dégueulasse, qui méprise les gens à qui il s’adresse. Il n’a sans doute jamais eu aucune ambition artistique, mais la simple obsession de faire ce « métier », sous forme de chanteur, de comédien, de joueur de poker, ou même de n’importe quoi de célèbre, pour mener la belle vie.
Toute la chanson de divertissement n’est, heureusement, pas aussi faisandée, d’abord parce que certains artistes célèbres et célébrés ont de belles voix, et des chansons parfois simplettes mais bien jolies, avec de chouettes mélodies. Qu’il s’agisse de Johnny, de Sardou, de Julien Clerc, par exemple, je suis loin d’être fan, mais leurs concerts me semblent avoir, ou avoir eu, une autre tenue, notamment sur le plan vocal. Avec Patrick Bruel nous touchons le fond, dont on se demande comment il pourrait remonter. Cependant, rassurez-vous, amis, il est déjà sans doute dans un vol pour Las Vegas où il jouera au poker pour se détendre, il l’a bien mérité.
Mais nous, qu’avons-nous fait pour mériter ça ?

Pierre Delorme

2 commentaires »

  1. Un partageux dit :

    Pierre, vous mettez le doigt sur un point très important. Même si j’avoue que je n’ai pas un immense intérêt pour Julien Clerc, je lui reconnais une belle capacité pour trousser des mélodies bien balancées. Et je comprends que l’on puisse les aimer.

    Dans le gigantesque répertoire de ma mère [on a retrouvé un invraisemblable tas de cahiers de chansons après son décès], de mon père et de mes oncles et tantes, il y a des tas de chansons qui me touchent surtout parce que ma mère ou des gens de ma famille les chantaient. Mais elles étaient au moins bien écrites avec des mélodies qui nous restaient en tête.

    Avec un Patrick Bruel on se demande ce que l’on peut aimer. Pas une mélodie bien troussée qui accroche l’oreille, pas un texte bien ficelé même dans un registre léger ou futile, pas une voix agréable, pas une interprétation sortant de l’ordinaire d’une salle des fêtes, rien qu’une endive bouillie sans sel.

    Est-ce que l’on achète la marque Bruel ? Une marque qui dispenserait le fabricant de tout effort…

  2. Vincent Crosetti dit :

    … En même temps « Casser la Voix » semble tout à fait symptomatique (et prémonitoire ?) de ce « matuvu » !!!

Soumettre un commentaire »




Commentaires récents

Abonnez-vous à notre newsletter