Impossible rêve 2Le père Ubu et le Czar ont roulé des mécaniques aux quatre coins du globe, les cinq cents personnes les plus riches du cosmos ont vu leur fortune s’accroître de 27% , le petit Bonaparte, qui « vient de nulle part », a commencé à mettre en œuvre la théorie qui va faire ruisseler la richesse sur les pauvres (vous allez voir ça !), et, last but not least, nous avons paumé Johnny ! 2017, annus horribilis.
On ose à peine souhaiter une bonne année 2018, de peur de porter la poisse ! Peur de voir toujours plus de merdre ruisseler sur la tête des pauvres, peur de voir Ubu déraper en Corée du Nord ou ailleurs, peur de compter encore plus de morts de froid et de misère dans la rue, à nos frontières, sur la mer, peur de dire dans un an : 2018 annus horribilisEt qu’avons-nous fait ?
Alors, souhaitons-nous simplement une bonne santé et de belles chansons (ou simplement des chansons, ça sera plus réaliste), bref, formulons des vœux qui n’engagent à rien quant à l’année qui vient… au moins, on sait qu’on ne perdra pas Johnny une seconde fois, c’est déjà ça.

Pierre Delorme et Floréal Melgar

1 commentaire »

  1. Un partageux dit :

    En France, tout finit par des chansons, dit un vieil adage.
    Pierre et Floréal ne dérogent pas à cet usage et terminent leur bafouille avec « C’est déjà ça », une chanson de Souchon…
    Je vous souhaite de belles découvertes chantées qui nous donneront parfois des beaux billets enjoués. Parfois car, en 2017, Crapauds et Rossignols ont omis de chroniquer le « nouvel opus » d’Étienne Daho et le grrrand retour de MC Solar. :-)

Soumettre un commentaire »