Photo DR

Photo DR

Je suis allé écouter le concert de Sarcloret qui chante Dylan, adapté en français par ses soins. C’est un concert très chaleureux, où l’on voit Sarclo se bagarrer avec une vingtaine de chansons de Dylan et quelques belles guitares vintage, à la recherche du groove de Bob, ce qui n’est pas toujours facile. Certains prétendent qu’il y a beaucoup de Sarcloret dans ces adaptations, ce à quoi il répond très justement qu’au départ il y a beaucoup de Dylan dans les chansons de Sarcloret, et la boucle est bouclée. Comme bien des gens de notre génération, comme ma pomme, Sarclo a été « foudroyé » par les premières chansons de Bob Dylan. Chacun la sienne, pour lui ça serait plutôt It’s Alright, Ma, dont il avait réalisé très tôt une adaptation française. Ensuite, Sarclo a écrit beaucoup de belles chansons de Sarcloret, comme on le sait, et aujourd’hui il s’offre une pause chez Bob. Une pause, c’est vite dit, car le travail d’adaptation est colossal et de longue haleine.
Ça n’est pas rien de se frotter à l’adaptation de ce répertoire. D’autres s’y sont essayés sans vrai bonheur, notamment Hugues Aufray, bien sûr, qui avec l’aide du parolier professionnel Pierre Delanoë a donné les premières versions françaises de chansons de Bob. Si les qualités de faiseur de Delanoë ont donné finalement de « jolies » chansons en français, elles perdaient beaucoup de leur vigueur et de leur âpreté initiales. A titre d’exemple on pourra comparer
N’y pense plus tout est bien (le célèbre Don’t Think Twice, It’s All Right) chanté par Hugues et la version que propose Sarcloret, bien plus proche du texte original (et aussi de la musique, grâce à l’arpège à la guitare), plus authentique.
Sarcloret balaie une bonne partie du répertoire du « maître du Minnesota », depuis un Seven Curses d’anthologie, mais paru seulement tardivement (1991) dans les Bootlegs Series, magnifiquement adapté, jusqu’aux chansons à la poésie plus mystérieuse comme celles figurant sur l’album Blood on the Tracks (1975) : Lily, Rosemary and the Jake of Hearts, Shelter from the Storm, Simple Twist of Fate, toutes superbement chantées en français. Le dylanophile qui connaît par cœur ces chansons-là dans leur version originale pourra apprécier et applaudir à cet effort de transposition d’une langue à l’autre sans altération du « ton »  d’origine. Ceux qui ne connaissent pas Dylan, ou ceux pour qui il n’était qu’une voix bizarre, ouvriront ainsi une porte sur son univers.
Adapter les chansons de Dylan est un travail qui n’est jamais terminé, on peut modifier, changer un mot, une note ici où là, pour approcher toujours un peu plus de justesse. Sarcloret a ouvert un immense chantier, c’est à ça que j’ai pensé en le voyant à l’ouvrage au milieu de ses guitares. Il bataille, comme on voit un peintre ou un sculpteur batailler dans son atelier. C’est le même genre d’athlète.

Pierre Delorme

2 commentaires »

  1. Sarclo dit :

    Tout ça est extrêmement gentil et agréable à lire. Le chantier, car c’en est un, est ouvert à la visite de chacun: j’envoie volontiers mes essais de traductions à qui n’en veut sur simple demande à sarclo.sarcloret@gmail.com, les chante qui veut, je ne fais que passer.

  2. Edith dit :

    Qu’est-ce que c’est beau! Mais celle-là alors?
    https://www.youtube.com/watch?v=apRZW9h2VDY

Soumettre un commentaire »