Les classements internationaux de tous ordres abondent et les résultats nous tombent sur la tête comme des sentences. Comme si Dieu nous pointait du doigt du haut de son Olympe. Moody’s ou thermometreStandard & Poors notent l’état de nos finances, Shanghai évalue nos universités et Pisa le niveau de nos élèves… Il y en a sans doute d’autres dont nous ignorons l’existence. Des agences mystérieuses, des classements et des indicateurs irréfutables puisque « internationaux ». Dans ce monde globalisé ce qui est international est forcément juste.
Mais quand même, la question se pose inévitablement de savoir quels sont les outils et critères d’évaluation de ces agences mystérieuses, et quel est le bien-fondé de leur existence même. Que sont ces agences « indépendantes » ? Qui y travaille et pour qui ? Et de quoi, ou de qui, sont-elles indépendantes ? Seraient-elles d’essence divine comme le tout-puissant « marché »  qui régule tout sans partage?
Mais voilà, si vous êtes mal classé ou mal noté et que vous posez ce genre de questions en vous montrant dubitatif, voire suspicieux, sachez que l’on vous répondra invariablement :  « Casser le thermomètre ne guérit pas la fièvre ».
Pour notre part, ayant déjà bien du mal avec nos propres petites finances, nous ne nous prononcerons pas sur celles des États, nous en sommes bien incapables, tout cela nous échappe dans les grandes largeurs. Idem en ce qui concerne notre système éducatif et la qualité de nos universités. Non, nous n’avons ni compétence ni opinion sur ces sujets internationalement évalués, mais en revanche nous aimons bien cette image du thermomètre qu’il ne faut pas casser. C’est chouette.
Nous pourrions d’ailleurs aussi bien utiliser nous-mêmes cette image. Ainsi chaque fois que nous porterions un jugement peu charitable sur quelque chose ou quelqu’un, jugement fondé sur nos propres critères et notre point de vue subjectif ( mais en toute indépendance de nous-mêmes), si l’on nous opposait une opinion contraire nous dirions : « Casser le thermomètre ne guérit pas la fièvre ». Et si, toujours par exemple, Crapauds & Rossignols était une agence de notation de la chanson de qualité et devait faire part d’une mauvaise nouvelle aux amateurs de CFQ quant à la note obtenue, sachez que nous répondrions aux objections par un superbe «  Casser le thermomètre… etc. ». Mais rassurez-vous, amis, Crapauds & Rossignols n’est pas un thermomètre, et si vous voulez casser quelque chose, cassez du sucre sur notre dos, et allez-y de bon cœur, il est large.

Pierre Delorme

Soumettre un commentaire »




Abonnez-vous à notre newsletter