Les bons sentiments ne font pas forcément de bonnes chansons. Elles en sont souvent remplies pourtant. Il suffit d’une circonstance tragique pour les voir fleurir. Elles sont généralement assez sentiment-heads (1)nunuches. Peut-être faudrait-il essayer de faire des chansons avec de mauvais sentiments, mais qu’est-ce au juste ? On connaît les mauvais pressentiments, et on peut faire des chansons avec, bien qu’elles ne soient pas appelées à plaire beaucoup, mais les mauvais sentiments ?
Guy Béart a chanté les grands sentiments, qui ressemblent aux bons, mais en plus emphatiques, plus ambitieux, plus faux-cul aussi, alors que les bons sentiments gardent un côté « popote », plus populo.
Mais le mauvais sentiment, au fond, existe-t-il ? Ne se confond-t-il pas avec simplement le ressentiment, par exemple ? Sans doute. Mais comment faire des chansons avec un ressentiment qui avouerait son nom ? Des chansons vengeresses, des chansons jalouses, des chansons de haine qui règlent des comptes, il y en a aussi, mais elles ne sont généralement que des anecdotes dans l’œuvre d’auteurs très célèbres et ne font pas partie des meilleures de leur répertoire (quoique Positively 4th Street de Bob Dylan ait fière allure). Sans compter que, parfois, le mauvais sentiment peut se déguiser en bon sentiment. On le voit, c’est très compliqué !
A défaut d’être bon ou mauvais, le sentiment peut-être fort, mais il a généralement à voir avec l’injustice, c’est alors un fort sentiment d’injustice, avec ça on peut faire des chansons aussi.
Cependant, il y a un adjectif que l’on n’emploie plus beaucoup de nos jours, c’est sentimental. La chanson sentimentale est un genre qui a disparu. Aujourd’hui, sentimental a un côté un petit peu désuet, cucul la praline (expression elle-même désuète). Ou alors c’est carrément la foule tout entière qui est sentimentale, et un peu désuète aussi donc, comme la poésie mélancolique et souriante d’Alain Souchon. Pourtant, à en croire Boby Lapointe, il fut un temps où même le bourreau pouvait être sentimental. C’est dire… Mais aujourd’hui il n’y a pas grand monde pour se dire, ou se sentir, sentimental… On parle plus facilement d’émotion, mais c’est un autre mot.
Il est vrai que les médias font souvent dans l’émotion pour rendre compte d’une époque qui, elle, ne fait pas de sentiment.

Pierre Delorme

3 commentaires »

  1. André dit :

    Je ne sais pas si la chanson sentimentale se fait rare dans les médias. En revanche un autre genre a complètement disparu des ondes c’est la chanson humoristique. Pourquoi ?

  2. Norbert Gabriel dit :

    Salut
    C’est pour la chanson récente sur Martin Luther King, by Eddy Mitchell, que vous dites ça ? Parce que dans le genre bons sentiments/mauvaise chanson, c’est un bon exemple…

  3. Marc Havet dit :

    On parle plus de sentimnent, c’est mou !
    On parle souvent de coup de coeur, ça rentre dedans.
    En fait on s’aperçoit que les coups de coeur sont plutôt des coups de culs…
    Y a des coups d’pieds au coeur qui s’perdent…
    Comme disait Bisset, cul et coeur sont deux faces d’une même chose :
    Rodrigue as-tu du cul ?
    Sacré Cul, etc.

Soumettre un commentaire »




Abonnez-vous à notre newsletter