ATBCLogofondtransparent2ter-e1438796810110Un A Thou Bout d’ Chant* tout neuf est arrivé. Avec une programmation nouvelle (jusqu’en décembre) et un « esprit nouveau », celui de la jeunesse. Les deux repreneurs de la salle, Matthias et Lucas, ont cinquante ans à eux deux ! C’est un atout qui peut-être permettra de rajeunir le public de ce petit lieu jusqu’à présent consacré à la chanson d’expression française, à ses talents émergents comme à ses vieilles barbes. Si les deux jeunes gens entendent continuer le travail effectué depuis quatorze ans** par les tauliers précédents, ils souhaitent aussi s’en démarquer par une plus grande ouverture, vers des genres d’expression autres que la chanson française de type « traditionnel ». On voit apparaître dans la programmation des soirées slam, d’autres consacrées à l’improvisation théâtrale (dont Lyon est un vivier), avec la compagnie Kamélyon, et des soirées quizz, « Qu’ouïs-je ? ». Cependant, que les amateurs de chanson « à l’ancienne » se rassurent, ils ne sont pas oubliés, puisqu’on pourra entendre aussi Rémo Gary, Pierre Lebelâge ou Gérard Morel, par exemple. Ceux qui aiment une chanson plus actuelle pourront entendre du rap ou encore de nouvelles voix explorant de nouvelles voies, comme Buridane, entre autres. Bref, de la chanson qui parle et de la chanson qui chante. On le voit, l’horizon de la programmation s’élargit.
Il restera cependant à préserver un équilibre toujours difficile à trouver entre l’éclectisme d’une programmation généreuse et l’identité propre d’un petit lieu culturel, dans une agglomération où il y en a déjà un certain nombre. Identité qui permettrait, on le souhaite en tout cas, de fédérer un public, et d’éviter sa segmentation selon les genres programmés. Un public curieux et rajeuni, où les générations se côtoient. On en rêve.
Rendez-vous en décembre pour un premier bilan. En attendant, bonne chance à Matthias et à Lucas, les Crapauds et les Rossignols sont de tout cœur avec eux.

LTG

* A Thou Bout d’Chant (2, rue de Thou, Lyon-1er) est une petite salle lyonnaise (connue des amateurs de chanson de qualité de tout l’Hexagone) consacrée à la chanson d’expression française et ses jeunes talents. Pendant quatorze ans elle a été dirigée par Frédérique Gagnol et Marc David, qui viennent de passer la main à Matthias Bouffay et Lucas Roullet-Marchand.

Pour en savoir davantage et connaître la programmation jusqu’en décembre : athouboutdchant.com

** Notamment en maintenant les Tremplins, consacrés à la découverte de nouveaux talents.

2 commentaires »

  1. « … éviter sa segmentation selon les genres programmés. Un public curieux et rajeuni, où les générations se côtoient. On en rêve. »

    Tout le monde en rêve, mais y a du boulot, entre les vieux qui sont collés comme des moules sur leur bouchot à « leur » chanson millésimée année 60, et les « djeuns » qui prennent la fuite dès qu’ils entendent « chanson française », on se demande comment les Bossone, Emilie Marsh, Lebelâge et quelques autres passeront les années… Le destin de Debronckart, celui des « Naufragés » de la gloire, qu’on salue vingt ou quarante ans après leur mort, il vaudrait peut-être mieux avoir celui d’Aznavour, mais vingt ans de petits succès, voire un petit quart d’heure de gloire, c’est long, c’est peu… Et usant parfois. Voire mortel.

    • administrateur dit :

      Le destin de Charles Aznavour, bien sûr, mais encore faut-il avoir dans son propre registre autant de talent que lui en a dans le sien. Et ça, c’est pas gagné…
      Pierre Delorme

Soumettre un commentaire »