elfieS’étant penché sur nos deux misérables premières tentatives*, un lecteur soucieux de nous aider dans notre quête du parfait selfie nous suggéra de faire l’acquisition d’une perche. Sachant ce qui va suivre (quand je commence à rédiger une carte postale, je sais où je veux en finir), je ne livrerai pas à votre pâture l’état civil de ce conseilleur – mais entre nous, si vous tapez chapeau dans la fenêtre « Recherche » de ce blog, vous pourrez rapidement cerner son identité… Cela dit, l’idée était bonne et l’investissement raisonnable : pour 5,99 € (hors frais d’expédition, tout de même), on peut se procurer un modèle télescopique ! Pierre et moi étions prêts à faire l’investissement, quand nous reçûmes un courriel de Floréal – je rappelle que celui-ci attend que nous produisions une image satisfaisante pour condescendre à poser avec nous dans le cadre. « Les gars, faites gaffe avec les selfies ! » écrivait-il. Et de joindre à son alarme une nouvelle de Libération qui la tenait du Parisien, lequel l’avait reprise du Telegraph (je jure que je n’invente rien) : « Un quinquagénaire britannique est mort […] après que la foudre a frappé sa perche à selfie métallique. » Pierre jugea plus prudent d’en rester là de nos expériences et partit se renseigner sur la conductivité de divers modèles. De mon côté, pour ne pas perdre la main, je tentai un elfie, avec une idée derrière les oreilles : détourner vers Crapauds et Rossignols les jeunes fans du Seigneur des anneaux qui m’encerclent.

René Troin

* Lire Une carte postale de notre bonne volonté et Une carte postale de nos progrès (rubrique « Editos »).

Et puis, comme je sais aussi sauter du coq à l’âne, j’ai écouté
Alfie par Cilla Black

 

et une version de Saturne, jouée à domicile par Monsieur Normal.

 

1 commentaire »

  1. Dalichoux catherine dit :

    A Paris, dans la rue et à la sauvette, la perche peut coûter 10 euros.
    j’adore le Monsieur R. Spock.

Soumettre un commentaire »




Abonnez-vous à notre newsletter