GPS 2C’est l’été, et pour peu que l’on s’intéresse à la chanson, celle qui est confidentielle mais dite de qualité, c’est une bonne occasion de réviser sa géographie hexagonale. En effet, cette chanson-là n’ayant pas droit de cité sur les plateaux des grands festivals où s’expriment (mais est-ce bien certain ?) les célébrités*, la chanson de qualité « à l’ancienne » se réfugie dans des villages, ou de grosses bourgades, qu’on serait bien en peine de localiser s’ils n’étaient devenus des rendez-vous « incontournables » pour tous les artistes de la marge et le petit monde de leurs admirateurs.
Personnellement, il me faut bien avouer que j’ai dû consulter la carte de France pour savoir où se trouvait Blanzat, où je dois pourtant me rendre en ce mois de juillet. Peut-être irai-je ensuite à Montcuq dont le nom est plus célèbre que la situation géographique… Je me rendrais bien aussi à la Mecque  du genre « de parole », Barjac, mais il y en a au moins deux ! Duquel s’agit-il ? Là encore, je dois consulter la carte (pour le plaisir de faire les choses à l’ancienne, bien sûr, car comme tout un chacun j’utilise un GPS**).
La jolie chanson, celle qui plaît à la génération du baby-boom en particulier, se retire l’hiver dans ses appartements où l’on chante et passe le chapeau, puis elle prend ses quartiers d’été dans ces petits villages donc… mais les chapeaux passent alors sur les têtes, à cause du soleil. On voit un peu toujours les mêmes noms dans toutes ces modestes programmations, un peu comme chez les « grands » finalement… Tout n’est qu’une question d’échelle et de moyens. Mais c’est à peu près la même chose.

Pierre Delorme

* Rappelons que la célébrité n’est pas un trait de caractère. Une personne célèbre est une personne célébrée par d’autres.
** On peut télécharger dans son GPS la voix de son choix. J’ai appris récemment que l’on pouvait pour une somme modique acquérir celle de Bob Dylan, l’idole de mes jeunes années. C’est tentant, mais j’aimerais mieux pour ma part, en signe de soutien, choisir la voix d’un artiste de la chanson française de qualité, mais je ne sais quel mauvais esprit en moi, me souffle qu’elle aurait tôt fait de m’envoyer dans le mur.

1 commentaire »

  1. Chris Land dit :

    Misère de misère…
    Moi qui suis un pur produit de ce baby-boom et, de plus, admirateur compulsif de cette chanson injustement qualifiée de passéiste, je vais devoir ferrailler avec l’auteur du billet ci-dessus, à deux occasions cette fin de mois puisque, pèlerinages oblige, je serai et à Blanzat, et à Montcuq, lieux que tout addict du rétropédalage se doit de fréquenter.
    Tchinn !
    P.S. : concernant ces « adeptes de la chanson de qualité “à l’ancienne” (qui)se réfugient dans des villages, ou de grosses bourgades… », je me ferai une joie d’y rencontrer des artistes de la jeune génération, égarés sans doute dans les méandres de ce labyrinthe quasi en ruine, et probablement là contre leur gré.

Soumettre un commentaire »




Abonnez-vous à notre newsletter