Pêcheur à la ligneL’heure de la retraite a sonné. Les auteurs-compositeurs en herbe de l’École nationale de musique (ENM) de Villeurbanne devront se passer de ma présence, ce qui devrait leur être plus facile qu’à moi, je veux dire plus facile pour eux de se passer de moi, que pour moi de me passer d’eux. En effet, j’ai vraiment appris beaucoup de choses à leur contact, et je leur sais gré de tout ce qu’ils m’ont appris, même s’ils ne le savaient pas.
Finalement, il m’aura fallu bien des années d’enseignement pour commencer à avoir une très vague et très minuscule idée de ce que j’enseignais vraiment, à savoir « la chanson ».
Certains amateurs passionnés de chanson sont prêts à vous expliquer le pourquoi du comment des chansons, les bonnes comme les mauvaises. Demandez-leur ce qu’est une chanson, ils vous le diront illico, quitte à emboîter les ronds dans les carrés. J’en ai même rencontré un, il y a quelques années, qui m’a expliqué (sans rire) ce que je faisais en écrivant des chansons, alors que je ne le savais pas moi-même ! Je ne le sais toujours pas d’ailleurs, et je ne sais pas au juste ce qu’est une chanson, ni pourquoi certaines produisent autant d’effet sur nous.
Les élèves arrivent généralement avec des questions, formulées ou non, mais des questions qu’on ne s’est pas forcément posées soi-même. Si on se les pose à son tour, on peut même espérer faire un peu de progrès, à la condition de savoir les entendre et de ne pas croire (et faire croire aux élèves !) qu’on connaît forcément la réponse. C’est pour cela que je me demande qui a finalement le plus appris tout au long de ces années, eux ou moi ?
La présence de la chanson dans les conservatoires (et encore, pas dans tous !) est assez récente. Les profs dans mon genre se sont formés sur le tas, ils sont autodidactes, et devenir prof aura été une manière d’aller enfin dans une école de musique ! Enseigner ce que l’on a appris plus ou moins seul, petit à petit, en tâtonnant, nous fait mesurer la somme de nos ignorances, de nos lacunes. Il faut les combler dare-dare, comme on construirait un pont au fur et à mesure de ses pas pour franchir un vertigineux abîme, afin de ne pas se retrouver comme un personnage de dessin animé qui s’aperçoit soudain qu’il continue de courir au-dessus du vide !
De même que je ne sais pas trop ni comment ni pourquoi j’écris encore des chansons, je ne sais pas si j’aurai enseigné quelque chose de valable à mes élèves, mais une fois encore merci à eux, car j’ai beaucoup appris.
Et maintenant, je retourne à mes chères études, nanti de mon nouveau bagage, pour essayer de comprendre enfin ce qu’est une chanson.

Pierre Delorme

5 commentaires »

  1. Comte dit :

    Je ne sais si tu as compris ce qu’est une chanson, moi j’ai tout compris de ton billet, bravo…

  2. Lucas dit :

    Je parle en mon nom d’ancien élève : merci. Le rôle du professeur, dans ce contexte si particulier d’apprendre à faire des chansons, est effectivement de donner à l’élève de s’interroger sur son travail. Les clés que tu nous as prêtées ne sont pas toutes rentrées dans nos portes fermées, mais le trousseau était assez grand pour nous permettre d’avancer beaucoup plus loin qu’on ne l’aurait imaginé avec notre kit de crocheteur débutant.

    • administrateur dit :

      Tant que je ne vous ai pas appris à enfoncer les portes ouvertes (comme il est fréquent dans cette activité !), c’est déjà ça !

  3. Gilles Compagnon dit :

    Bravo pour cet humble analyse de ta fonction de professeur autodidacte : j’apprécie ce texte plein de franchise et de simplicité, tout à ton honneur. C’est un peu ce qu’on trouve dans tes… chansons ! Bonne retraite l’ami Pierre et rendez-vous au prochain album qui, j’en suis persuadé, ne tardera pas à naître. Amitié.

  4. Vilain Jean Paul dit :

    Que de chemin parcouru depuis le temps, te souviens-tu, de l’Escabelle, à la MAJO des Charpennes… Qui se voulait une petite « boîte à chansons » ouverte aux jeunes auteurs-compositeurs-interprètes locaux… comme on disait à l’époque.

Soumettre un commentaire »




Abonnez-vous à notre newsletter