Le Sacré Collège de la CFQ assistant à un spectacle à Barjac

Le Sacré Collège de la CFQ assistant à un spectacle à Barjac

Quand on est resté à Paris aux mois de juillet et d’août, que le vide de la capitale permet de se sentir (presque) seul sur terre, que « chaque rue, chaque pierre, sembl[ent] n’être qu’à nous », il est plaisant de recevoir des cartes postales des amis jamais rassasiés de chansons.
Ce fut d’abord une vue de Montcuq, sympathique petite ville du Lot où depuis une dizaine d’années maintenant Claire de Villaret, Henri Courseaux et désormais Rémo Gary organisent le Festival de la chanson à texte, cabaret de plein air où règne la convivialité, chaleureuse rencontre annuelle à taille humaine ignorée des « spécialistes » et où nul ne se rend avant tout pour y être vu. De bons copains y ont apprécié Pierre Lebelâge, Frédéric Bobin ou Karim Gharbi.
Puis je trouvai le château de Blanzat dans ma boîte à lettres. C’est désormais dans cette cité du cœur de l’Auvergne que se tiennent depuis trois ans les Rencontres Marc-Robine, nées en 2005 à l’initiative d’Alain Vannaire. Une ancienne bénévole du Forum Léo-Ferré, fidèle à ce festival, y fut toute contente de découvrir les chanteurs Kent et Moran.
Barjac ! Ah ! Barjac ! Temple de la chanson de parole, point de rencontre annuel entre authentiques passionnés d’un côté, avides de découvrir, et spectateurs psychorigides à œillères indestructibles estampillées « rive gauche » de l’autre. C’est là, et pas ailleurs, que les prestations de certains artistes sont soumises à l’« imprimatur » du Sacré Collège de la CFQ*, qui décide après coup s’ils y avaient ou non leur place. Les programmateurs en tremblent… Selon les goûts de chacun, Yvan Dautin, Tony Melvil, Rémo Gary ou encore Emmanuel Depoix ont enchanté de bons amis.
Enfin, postées à Antraigues, où la montagne est belle, de bonnes nouvelles me parvinrent des Soirées chanson d’Aizac, que l’ancienne équipe du Forum Léo-Ferré contribua à créer il y a dix ans. Michel Boutet, tout récent lauréat du prix Jacques-Douai, y a conquis le public.
C’est ça, les amis et amoureux de la chanson ! Ceux qui parlent aux absents de ce qu’ils ont aimé.

Floréal Melgar

* Chanson française de qualité.

Soumettre un commentaire »