Mon premier peut vous arranger ça
Mon deuxième était un cuirassé
Mon troisième a perdu ses esprits
Nombreux sont ceux qui attendent mon tout depuis longtemps

Et l’image d’avant ?
Cette fois Marie-Françoise est remontée très loin dans le temps : jusqu’au XVIe siècle, voire au XVe. Yvette Guilbert l’a un peu aidée en reprenant ce Verligodin. La reine du café-concert a probablement commencé à interpréter ce dialogue entre deux époux à partir de 1913. L’enregistrement que nous en connaissons (écoutable sur YouTube) date de 1933. L’image illustrait le début de la chanson : D’où venez-vous, d’où venez-vous donc / Mon joli-li Verligodin ? […] / J’viens d’ la foire […] / Et que m’avez-vous rapporté ? […] / Quat’ balais / Quat’ balais ? J’ vois point d’ balais. / Mais si parbleu, quoi, quat’ balais ! »

 

4 commentaires »

  1. Michel B dit :

    Le cuirassé était-il français ?

  2. delorme aussi dit :

    Aurons-nous la réponse avant que les rossignols ne s’envolent et que les crapauds ne plongent ? Le suspense serait intenable jusqu’en septembre ! Mes vacances en seraient gâchées.

    • René Troin dit :

      Le responsable des charades et autres jeux est en vacances pour huit jours. Aucune décision de l’importance de celle évoquée dans votre question ne saurait être prise en son absence. Merci de votre compréhension.

Soumettre un commentaire »