Jacques FabbriSur mon Teppaz, j’ai écouté La Pendule par Jacques Fabbri. Le comédien, happé par le théâtre le cinéma et la télévision qui lui ont confié près de 150 rôles et quelques mises en scène, n’a chanté qu’en de rarissimes occasions – mais lesquelles ! Ici, il met son talent de fin diseur au service d’un exercice de style de Raymond Queneau. Avant d’être exclu du groupe surréaliste, ce dernier a eu le temps d’aller « chez André Breton » où il a « appris à aimer Dranem* ». Dranem, c’est un « illustre représentant du caf’ conc’* » : monsieur « Ah ! Les p’tits pois, les p’tits pois, les p’tits pois / C’est un légume bien tendre / Ah ! Les p’tits pois, les p’tits pois, les p’tits pois / Ça n’ se mange pas avec les doigts ! » ; et aussi l’esthète parisien qui invitait « un vieil ami d’ province [à] contempler / Et la vue / Du quai de ma rue / Et celle du trou de mon quai ». Un prince de la chanson hon, quoi. Sauf qu’à cette hauteur de honnerie, on « confine au génie », ainsi que l’a noté Boris Vian. Queneau, lui, comme à d’autres reprises, a « essayé d’imiter* ». Et il l’a fait si bien qu’on s’y croirait : « Je m’ baladais su’ les boulevards / Lorsque j’ rencontre l’ami Bidard / Il avait l’air si estomaqué / Que j’ lui ai demandé de s’espliquer / Eh bien voilà me dit-il / J’viens d’avaler ma pendule / Alors je vais chez l’ chirurgien / Car j’ai une peu-peur de chien / Que ça m’ tombe dans les vestibules […] » Tout y est jusque-z-aux mots qu’on entend à la place d’un autre : « Bidard » ? Ce nom rappelle celui d’un ami troupier natif d’Arras ? Et « vestibule » ? Non ! Cette fois le lecteur a compris tout seul : le tester est ridicule.

René Troin

* Notes de pochette de Raymond Queneau, au verso du 45-tours de Jacques Fabbri.

Jacques Fabbri, La Pendule (paroles : Raymond Queneau – musique : André Popp), 1957. Les Frères Jacques avaient enregistré ce même titre en 1955.

Jacques Fabbri a aussi chanté douze titres de Pierre Louki. Patrick Clémence les a recensés sur Louki Street (rubrique : « Les interprètes enregistrés »).

Soumettre un commentaire »