MFrancoiseSur mon Teppaz, j’ai écouté Un été par Marie-Françoise. La même qui dessine des devinettes à la une de notre site ? Si j’écrivais pour le Shinborne Star, je n’hésiterais pas un instant à vous le faire croire, arguant que « quand la légende dépasse la réalité, on publie la légende (1) ». Mais nous sommes à Crapauds et Rossignols. Alors, je dirai que la rencontre fortuite entre notre préposée aux photomontages, qui glane ses images au cœur des chansons, et son homonyme qui piochait dans les airs du temps afin de les graver sur des disques pas chers, était trop belle pour ne pas être exploitée. D’autant que la seconde, vouée aux reprises des succès des autres, donc, pour la marque Saphir, interprète ici Un été, un titre (pas des plus connus, soit dit en passant) d’Alain Barrière. Ce qui ne devrait pas déplaire à Floréal.
Passé ces prolégomènes, que peut-on dire de Marie-Françoise ? Rien, sinon que c’est une chanteuse sachant chanter. Comme tous ses collègues de chez Saphir, Pergola et autres Trianon – Dieu sait que nous les regardions avec dédain ces sous-disques à bas prix dans le rayon du Monoprix… Pourtant, leurs interprètes anonymes (voyez la place accordée au (pré)nom de l’artiste sur la pochette ci-dessus) ne manquaient pas de qualités vocales ni de sens du rythme. Et pour cause : ils étaient souvent chanteur/chanteuse d’orchestre ou choriste de studio. Anne Germain, la « voix chantée » de Catherine Deneuve (dans Les Demoiselles de Rochefort et Peau d’âne), a exercé ces deux métiers. Elle a aussi vécu la gloire internationale avec les Swingle Singers (mais qui connaît, à part leurs fans et les spécialistes du genre, les noms des membres des groupes vocaux ?). On sait désormais grâce à Rémi C., l’animateur du blog Dans l’ombre des studios, qu’Anne Germain a fréquenté la même école de modestie que Marie-Françoise, en gravant notamment Bang Bang de Sheila pour un disque publicitaire qu’on obtenait à condition de faire l’emplette de Petits Exquis de L’Alsacienne. La vie d’artiste, c’est pas toujours du gâteau.

René Troin

(1) Cette fameuse réplique fameuse de L’Homme qui tua Liberty Valance, classique du western, réalisé par John Ford, est prononcée par Charlie Hasbrouck (joué par Joseph Hoover), journaliste au Shinborne Star.

Marie-Françoise, Un été (paroles et musique : Alain Barrière), 1964.

Pour lire l’interview-fleuve (en six chapitres illustrés d’images et de sons) d’Anne Germain et écouter sa version de Bang Bang (dans la « Partie 3/6) :

4 commentaires »

  1. Durant des années Alain Bashung a gagné sa vie en enregistrant des covers de titres rock pour des marques de ce type proposant des disques à bas prix qu’on vendait sur les foires et les marchés. Alain Bashung faisait notamment des reprises de Dick Rivers dont il imitait la voix. Je ne sais plus sous quel nom il enregistrait.

    • René Troin dit :

      Gilbert,
      Sauf erreur de ma part, vous faites référence aux albums publiés dans les années 70 sous le nom de « The Rock Band Revival ». Ce « groupe » a bien enregistré des classiques du rock, d’abord diffusés sous l’étiquette Festival, puis ressortis chez Musidisc (marque de rééditions pas chères). Bashung et Dick Rivers se partageaient les vocaux. Mais, à ma connaissance, ni le premier (dont la carrière n’avait pas encore décollé) ni le second (en plein creux de la vague) ne s’est caché derrière un pseudonyme pour cette opération. Cela dit, Bashung, qui a piétiné longtemps devant les portes de la gloire (son premier 45-tours remonte quand même à 1966 !) a bel et bien diversifié ses chances, toujours dans les années 70, sous trois pseudonymes (au moins) : David Bergen, Monkey Bizness, Hendrick Darmen (on trouve des traces de tout ça sur Wikipédia, sur le site Encyclopédisque, sur les sites de vente de disques d’occasion et de collection) et sur YouTube.
      René

  2. Combien sont-ils, combien sont-elles a avoir mangé de la « vache enragée », a avoir été des chanteurs(ses) de bal avant d’accéder à une gloire même éphémère. Le titre Viens sur la montagne de Marie-Françoise serait-il le même que celui de Marie Laforêt ? Une belle chanson de sa période « Festival ».

    • René Troin dit :

      Je ne pense pas qu’on puisse parler en l’occurrence de gloire, même éphémère. Il s’agit d’enregistrements purement « alimentaires » – ce qui n’enlève rien aux qualités vocales de l’interprète ni au savoir-faire des musiciens de studio qui l’accompagnent. Le Viens sur la montagne est bien celui de Marie Laforêt, Sha la la a d’abord été chanté par Sylvie Vartan et Hello Dolly par Annie Cordy. C’était la raison d’être de ces disques de rassembler quatre (ou seulement trois pour ceux de la série « Tiercé Panorama ») succès du moment.

Soumettre un commentaire »