Moussu TContre la loi de segmentation, qui règne sur les présentoirs de CD comme au rayon fromages, Moussu T e lei Jovents avaient réussi un petit miracle : leurs spectacles, quand le public pouvait encore s’y asseoir, rameutaient tous les âges, des enfants jusqu’aux grands-parents. Et tous s’y reconnaissaient. Dans la musique, synthèse joyeuse (mais rigoureuse) entre rythmes populaires d’Amérique (ah ! le banjo de Blu), du Brésil (oh ! le berimbau de Jamilson) et boucles électroniques inventives. Dans les textes, en français de Marseille (oups ! de La Ciotat, je veux dire, le groupe y tient à son ancrage) ou en occitan, où se côtoient la chronique locale (« Quatre heures et demie pile / Boulevard Bertolucci / Toutes les stars de la ville / Viennent chercher leurs petits […] »), le constat social (« Qu’ont-ils fait à ma ville ? / Ils l’ont défigurée, tu vois / Ils ont tombé des grues, on est tombés des nues / On n’y croit toujours pas »), la chanson populaire (Les Plaisirs de la pêche de Vincent Scotto), la haute poésie (Soulòmi de Frédéric Mistral), l’engagement poétique (« Va-t’en gabiòta se siás lesta / Va-t’en esclairar lo camin / Per lo vaissèu de ma mestressa / E lei barcas dei clandestins »*). Sans oublier l’évidence (Il fait beau).
Ce répertoire tellement local qu’il touche à l’universel, le groupe l’a trimballé loin du Sud, dans toute la France, en Italie, en Angleterre… Alors qu’est-ce qui leur a pris, voilà quelque temps, de monter le son (c’est vrai que Tatou et Blu, les deux piliers du groupe, viennent de Massilia Sound System, mais ceci ne doit pas toujours expliquer cela) ? et de jouer dans des salles sans fauteuils ni chaises – mais avec un bar toujours ouvert ? Résultat : les vieux s’en vont en emmenant les petits qui ont mal aux oreilles. Restent les « jeunes », debout, leurs bières en l’air (on a les standing ovations qu’on peut…). Et sur la scène, Moussu T et les lascars qui l’accompagnent… assis. Tous assis.
J’aime les paradoxes. Mais avec celui-là, j’ai du mal.

René Troin

* Va-t’en la mouette si tu es prête / Va-t’en éclairer le chemin / Pour le vaisseau de ma maîtresse / Et les barques des clandestins. (Sus l’autura)

Tant que vous êtes assis devant votre ordinateur, vous aurez peut-être envie de visiter le beau site internet de Moussu T e lei Jovents…

 

Soumettre un commentaire »