Zouzou2Sur mon Teppaz, j’ai écouté Ce samedi soir par Zouzou. C’est en 1967 que cette égérie du Swinging Paris grave son deuxième et dernier 45-tours pour la maison Vogue. Elle signe les paroles des trois titres originaux, dont Jacques Dutronc et Jean-Pierre Sabar composent les musiques. Pour le quatrième titre, celui qui nous intéresse, elle adapte le Young Girl Blues de Donovan, avec un respect de la lettre et de l’esprit du texte d’origine assez exceptionnel à une époque où l’on pouvait traduire Pretty Woman par L’Homme en noir. Sous la plume de Zouzou, « If you had any sense, you’d maybe go away for a few days » devient « Si tu avais du courage, loin de tous ces gens tu partirais », et « You are but a young girl working your way through the phonies », « Tu n’es qu’une petite fille dans un monde d’hypocrisie ». C’est en arrivant aux vers « Yourself you touch, but not too much. / You hear it’s degrading », que les mots français prennent la tangente : « Tu aimerais tant pour un instant / Que quelqu’un soit là pour t’aimer. » On voudrait sourire de tant de pudeur, mais on se souvient qu’un an auparavant Michel Polnareff avait connu quelques soucis avec la censure pour avoir osé : « J’aimerais simplement faire l’amour avec toi / Oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh / Oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh. » Alors on comprend qu’en 1967 après J. C., Zouzou (ou son producteur ?) ait renoncé au mot à mot. Comme il est plus sage d’y renoncer en l’an 2014 pendant J.-F. C.*.

René Troin

* Jean-François Copé, expert en littérature jeunesse.

Ce samedi soir (Young Girl Blues), filmé par Philippe Garrel, ainsi que l’apprend Zouzou à Donovan dans une interview croisée publiée dans le numéro 558 de Rock & Folk (février 2014). Et la chanteuse et actrice de préciser : « Ça a fait scandale à l’époque  à cause d’une scène où je suis dans une église, je tombe et on distingue un petit bout de ma culotte. » La scène est si fugace qu’on peut se demander si les censeurs étaient doués d’une exceptionnelle acuité visuelle ou s’ils l’ont visionnée en boucle.

 

Soumettre un commentaire »




Abonnez-vous à notre newsletter