wgak_Affichenewsletterbd_4Du 20 au 24 mai prochain aura lieu, à Aubervilliers, dans la toute proche banlieue nord de Paris, la huitième édition d’« Aubercail, le festival des mots dits », l’un des plus sympathiques rendez-vous des amateurs de chansons et de musiques variées (« des artistes indépendants, des has-been, des marginaux du texte, des reconnus aussi, des chanteurs aux engagements divers mais toujours sincères », dit le dossier de presse), qui parvient désormais à drainer près de deux mille personnes sur les cinq soirées proposées.
Une quarantaine de bénévoles (de 22 à 80 ans), savant mélange de générations et de goûts musicaux, organise et anime chaque année à la même époque cette rencontre dans un lieu, le Magic Mirrors, mis à disposition par la municipalité*. C’est en assemblée générale que la programmation commence à être élaborée, après quoi une commission de trois ou quatre personnes, tenant compte des avis formulés, de la disponibilité des artistes, se charge de la mettre sur pied et de la peaufiner.
Festival annuel courant sur une petite semaine et présentant une programmation fournie, Aubercail dispose évidemment de subventions sans lesquelles ce type d’événement reste inenvisageable. Celles-ci lui sont fournies par la région, le département, la ville et l’Adami**. Compte tenu de la situation générale du pays, on imagine aisément que le montant total de ces subventions n’a guère varié depuis la naissance de ce festival, en 2007, et que rien n’étant jamais acquis définitivement les organisateurs sont quelque peu tenus de se battre chaque année pour qu’elles soient maintenues.  Pourvu que ça dure !… A côté de ces partenaires financiers, on en trouve d’autres qui participent, chacun à sa manière, à aider ou à faire connaître le festival, et l’on pourra trouver cocasse, dans cet ensemble fraternel, de voir se côtoyer le logo du journal L’Humanité et celui de Radio-Libertaire.
L’édition à venir (voir ci-dessous le lien vers le site d’Aubercail, qui donne la programmation complète) s’attache une fois encore au désir des organisateurs de mêler les esthétiques musicales et les univers poétiques, d’ouvrir à plein l’éventail des âges, de l’infatigable Graeme Allwright au post-punk Féloche, en passant par Bill Deraime et le duo Zora. Deux spectacles pour jeune public, en matinée, animés par la Compagnie Jolie Môme et Marie Tout Court, complètent cette affiche.
Comme chaque année, le festival sera précédé de « Prémices », entre le 23 avril et le 10 mai, élaborées en lien avec celui-ci, qui permettent de l’annoncer et d’aller à la rencontre des habitants et de diverses associations d’Aubervilliers. Car cet événement, comme généralement tous ceux qui vivent hors frontières du showbiz, se déroule bien sûr en marge de toute médiatisation. Ces « Prémices » s’articulent autour de l’hommage à un artiste, dans divers lieux de la ville. Après François Béranger, Jacques Prévert, Colette Magny, Boby Lapointe, Allain Leprest, Boris Vian et Léo Ferré, ce sera au tour de Jean Ferrat d’être célébré cette année. On notera par ailleurs, à l’heure où le déclin orthographique semble s’accentuer dans le pays et faire l’objet de nouvelles mesures concoctées par les têtes pensantes de l’Enseignement, l’organisation d’une dictée joviale et non notée, dans les locaux de la mairie. Avis aux « journalistes » qui, sur certain site chanson, s’appliquent avec constance à torturer la langue française…
On appréciera par ailleurs la modestie des tarifs proposés, très accessibles si l’on ne peut assister qu’à une soirée ou deux, et qui deviennent franchement modiques si l’on souhaite assister à l’ensemble de ce festival chaleureux.

Floréal Melgar 

* Comme beaucoup de villes en France, celle-ci vient de changer de couleur politique. Mais gageons que le passage de la mairie des mains du PS à celles du Front de gauche ne devrait pas changer la donne.
** L’Adami est une société de gestion collective des droits de propriété intellectuelle des artistes-interprètes qui, entre autres, soutient certains projets artistiques.

Aubercail jour après jour :

Soumettre un commentaire »