coloriage-ailes« La loi de Godwin est une règle empirique provenant d’un énoncé fait en 1990 par Mike Godwin relatif au réseau Usenet, et popularisée depuis sur internet : plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1 » (1). Nous avions déjà évoqué ici même le « point Brassens » (voir lien ci-dessous). A la lecture des débats et commentaires ayant trait à la chanson, et surtout à la chanson dite « à texte », sur un célèbre réseau social et sur les sites spécialisés, un autre « point Godwin » apparaît, incontournable. Si les nazis et Adolf Hitler sont généralement et fort heureusement absents de ces débats, l’impossibilité d’y voir apparaître le nom d’Allain Leprest et le méchant rôle des médias vis-à-vis de la CFQ (2) semble, en revanche, irrémédiablement exclue. Et cela, très souvent, sans que les échanges aient besoin de s’étirer en longueur. Même chez nos crapauds et rossignols, qui pourtant essaient de s’ouvrir à bien des horizons, il nous faut régulièrement en passer par là.
C’est parfois lassant. Mais j’arrête là. Cette lassitude, me dis-je, anxieux, n’est-elle pas déjà un peu nazie ?…

Floréal Melgar

(1) Wikipédia.
(2) Chanson française de qualité.

Lire ou relire :

6 commentaires »

  1. Romain Dudek dit :

    Hahahahah ! Bien observé (comme aurait dit Allain) 😉

  2. Norbert Gabriel dit :

    C’est pas faux, mais on peut remplacer Leprest par Laffaille, Dautin… ça marche aussi… (pour la référence).
    Une réflexion récente d’un programmateur de France Inter laisse un peu pantois ; en résumé, il y a celles et ceux qui passent chez Meyer (la plus forte audience, et de loin, en émission chanson) mais qui ne seront jamais dans la play list… (comme Leprest). Y aurait-il des auditeurs qui n’écoutent que Philippe Meyer, et des autres, pour la semaine, qu’on nourrit d’autres chansons plus… plus quoi d’ailleurs ? Ils sont trop limités pour écouter en semaine les précités ?
    Mais on peut chercher un autre « point » sensible… Le débat est ouvert…

    • LTG dit :

      L’émission de Meyer comme jadis « La Chance aux chansons » à la télé sont des émissions certes très écoutées ou regardées, mais qui ne diffusent que des chansons faites dans un style ancien (même si elles sont d’aujourd’hui), ce qui ne signifie pas que toutes les chansons diffusées y sont de qualité. Et, à l’inverse, les émissions qui diffusent la chanson telle qu’elle se conçoit aujourd’hui ne sont pas forcément sans qualité. Dautin, Laffaille, Leprest, et modestement moi-même, écriv(i)ons des chansons dans un style du passé, « dépassé », qui plaît avant tout au public de notre génération. Rien n’est intemporel, ni ce que nous aimons ni nous-mêmes. D’autre part, on peut être « limité » et apprécier la chanson dite de qualité, je connais des exemples. Les plaisirs que la chanson peut procurer sont multiples et variés, depuis le plaisir « intellectuel » (j’avoue que le mot est fort !) jusqu’au simple plaisir du rythme et de la danse, il y a toute une gamme d’émotions possibles. Celui qui s’emmerde aux chansons de Leprest ou de Bertin, et préfère danser sur un chouette air bien rythmé sans paroles ambitieuses, n’est pas forcément un crétin. Si les chansonnettes légères lui suffisent, pourquoi pas ? Je connais personnellement des gens dont l’activité est uniquement intellectuelle et que la chanson de qualité, que vous adorez, laisse complètement froids. Chacun est juge de la qualité qu’il souhaite trouver dans une chanson. L’amateur exigeant de chanson le sera peut-être beaucoup moins dans le domaine du cinéma, par  exemple, et se contentera des divertissements grand public, au grand dam du cinéphile invétéré, qui réclamera à cor et à cris que l’on passe des films de Bergman de 1950, en N&B et sous-titrés, aux heures de grande écoute, par exemple.
      Pierre Delorme

      • Norbert Gabriel dit :

        Je n’ai jamais dit que, hors Leprest, les amateurs de chansons sont des crétins… Pour avoir longtemps beuglé sur des chansons de Dario Moreno dans mes très jeunes années, je serais mal placé… Et aujourd’hui encore, j’entends des niaiseries radiodiffusées qui me ravissent… 3 minutes ou 5… et j’irai même jusqu’à me trémousser mais dans la stricte intimité de mon chat et moi. Simplement je regrette souvent le temps où entre Dalida, Dario Moreno, la radio diffusait aussi dans les mêmes heures de grande écoute des chansons comme Actualités en guitare-voix (Stéphane Golmann vers 1952/53). Ça semble inimaginable aujourd’hui…

    • Il est inexact, je pense, d’affirmer que Gilbert Laffaille et Yvan Dautin soient quasi systématiquement cités par les débatteurs lorsqu’il s’agit de désigner l’alpha et l’oméga de la chanson à texte. Leprest, oui. Et ce n’est pas faire injure à ce dernier, qui n’y est pour rien.

      • Norbert Gabriel dit :

        Ce n’est pas ce que j’ai dit, mais simplement qu’on peut faire le même commentaire néo Godwin avec eux… pour faire l’original…

Soumettre un commentaire »