Cherchez lidoleLa presse, parfois, ça joue des tours à la mémoire. Surtout quand elle a des trous. Comme chez Aznavour, par exemple. Interrogé en 1969 par Catherine Claude du magazine Best*, sur la manière dont il juge, « avec le recul » les « jeunes chanteurs par rapport à [ses] débuts », il raconte : « Je n’ai pas compris pourquoi ces jeunes ont attendu si longtemps pour enfin se déchaîner. […] quand j’ai vu Johnny Hallyday débuter comme je l’avais fait sous les critiques et les huées, j’ai voulu l’aider et l’encourager, et nous lui avons écrit des chansons. » Le « nous » inclut certainement Georges Garvarentz, avec qui il a notamment cosigné Retiens la nuit pour l’Idole. Et nombre d’autres titres pour les idoles : La Plus Belle pour aller danser (Sylvie Vartan), Crois-moi mon cœur (Les Chaussettes Noires), L’Ange que j’attendais (Frank Alamo), Donne tes seize ans (Dany Logan)…
Il ne s’est pas trop mal débrouillé Aznavour au temps des yéyés. Pourtant, quarante-cinq ans plus tard, répondant cette fois à Eric Floux, il affirme : « Quand les yéyés sont arrivés, certains ont dit que j’étais un croulant ! Par réaction, j’avais écrit Les Plaisirs démodés**. » Chez Aznavour, la vengeance est un plat qui se mange très froid : la chanson datant de 1972, les yéyés étaient arrivés puis repartis depuis beau temps.
Cela dit, on ne peut guère lui en vouloir d’avoir des problèmes de mémoire longue. Puisqu’il vit au présent. « […] surtout j’aime la musique du moment », soulignait-il en 1969 avant d’énumérer ses favoris de l’année : Gainsbourg, Nougaro, James Brown, Tom Jones, et « même énormément Jimi Hendrix aussi ! ». Et en 2014 ? Vous l’aurez sans doute deviné : il trouve que The Voice est « une formidable émission ». Et, s’improvisant lui-même animateur télé, il invite Amel Bent, Hélène Ségara, Chimène Badi… pour interpréter « les chansons du passé [afin que] les jeunes découvrent le patrimoine musical ». Il entonne Y a de la joie avec Dany Boon et ne désespère pas de convaincre Laurent Ruquier de chanter du Ray Ventura. Tout va très bien.

René Troin

 * « Aznavour face à l’évolution musicale », Best n° 8 (mars 1969). Fac-similé inclus dans Jukebox Magazine n° 326 (février 2014).
** « Aznavour, l’emmerdeur », Télé Câble Sat n° 1239 (27 janvier 2014).

1 commentaire »

  1. Vache mais juste. Aznavour avait écrit : « Il faut savoir quitter la table lorsque l’amour est desservi. » Je crois qu’il faut faire de même avec les interviews et la présence médiatique.

Soumettre un commentaire »




Abonnez-vous à notre newsletter