M PajeSur mon Teppaz, j’ai écouté Nous on est dans le vent, par Michel Paje. « On a l’âge de raison / Mais on n’a jamais raison / À quoi bon en discuter / Quand les gens ont leurs idées / Ils ne comprendront jamais / Nous, on est dans le vent /Dans le vent, dans le vent / À chacun son temps / […] On ne parle que de jeu / On ne joue qu’avec le feu / Ça, ma foi ! C’est un peu vrai / Mais faut rien exagérer / […] » N’exagérons pas, en effet : deux couplets et un refrain devraient suffire à dire la teneur de ce manifeste taillé pour rassurer les parents effrayés par Johnny Hallyday et Vince Taylor.
Il faut dire qu’il y avait de quoi. Le premier cherchait La Bagarre (« Je vous prends un par un / Ou bien tous les trois à la fois / Ça me fait pas peur / Je dirais même / Que j´aime
cogner / C´est un plaisir »),
et le second, en cuir tout noir et l’œil mauvais, éructait, de surcroît, en anglais.
Il était temps qu’on leur oppose un antidote gentillet que Michel Paje écrit et compose seul, ainsi que l’essentiel du répertoire de la douzaine de 45-tours qu’il sort chez Vogue entre 1963 et 1967. Chose rare à une époque où la plupart des idoles se contentaient d’interpréter des paroles de faiseurs plus ou moins inspirés sur des mélodies généralement anglo-saxonnes.
Nous on est dans le vent connaît une seconde vie en 2000, quand Fabien Onteniente l’intègre à la BO de son film Jet Set. Michel Paje aurait pu en profiter, et, comme d’autres, réenregistrer ses anciens tubes ou, pourquoi pas, rejoindre la tournée Âge tendre et têtes de bois. Mais non… il semble que le chanteur avait bien, dès 1967, clos un chapitre pour se tourner vers la radio et la publicité (1). D’abord le temps d’une parenthèse canadienne (2) de deux ans, puis, de retour en France, sous son vrai nom : Michel Roy. Bandes-annonces, spots pour voiture ou parfum ou doublage… La voix est toujours là, mais c’est une autre page.

René Troin

 

(1) Autour de 1972, il fera une tentative de retour à la chanson, sous le pseudonyme d’Alain Jory (soit le j de son premier pseudo, additionné des trois lettres de son patronyme). Sans succès apparent.
(2) Où Pierre Lalonde a popularisé Nous on est dans le vent. On trouve sa version sur YouTube.

Michel Paje (paroles, musique et interprétation), Nous on est dans le vent, 1963.

Cet article doit plusieurs de ses détails aux sites jumeaux michelpaje.fr et michelroy.fr

 

2 commentaires »

  1. Didier Pobel dit :

    Oh là là… J’ai encore quelque part ce quarante-cinq. Est-ce celui au dos duquel le chanteur avait rédigé, façon « écriture manuelle », un message aux « copains » du genre : « Mon nom s’écrit avec un J Comme Joie. Soyez gentils, pensez-y ! » ?

    • René Troin dit :

      Non. Derrière celui-ci, il a écrit (toujours à la main) :
      Si tu es dans le vent… et si tu aimes ces chansons que j’ai écrites avec mes 18 ans, alors… sois sympa et écris-moi à “Disques Vogue, Villetaneuse, Seine” ; je te répondrai personnellement.

      Vous noterez avec moi que les yéyés, tant décriés, savaient user à bon escient du point-virgule. Peut-être souhaiterez-vous écrire à Michel Paje pour l’en féliciter, mais je crains que l’adresse mentionnée ne soit plus valable.

Soumettre un commentaire »




Abonnez-vous à notre newsletter