partition_le_deserteur_peter_paul_and_maryJ’ai lu dans la prose d’un vieux chanteur à texte une phrase où il affirme que Le Déserteur, de Boris Vian, est une « chanson mal foutue et sans grâce » ! C’est sans appel (1).
Chacun a bien entendu le droit de penser ce qu’il veut du Déserteur ou d’autres chansons. Cependant, lorsqu’on est soi-même auteur de chansons, je crois qu’il faut être prudent dans ses opinions, et un peu d’humilité vis-à-vis de grandes chansons du répertoire (et celle-ci à fait le tour du monde) ne peut pas faire de mal.
«  Mal foutue et sans grâce » … mais de quoi parle-t-il au juste ? De la mélodie, de l’harmonie, du texte ? « Mal foutue » on imagine, mais la « grâce » qu’est-ce ?
Gageons que notre chanteur-critique pense ici uniquement au texte, puisque la musique n’a jamais été le souci premier des artistes de son genre, les poètes chantants. (Dommage d’ailleurs, il aurait pu apprendre beaucoup en étudiant de près la partition de cette chanson.)
« Mal foutue et sans grâce »,  la chanson serait donc mal écrite, dans une langue peu châtiée ?
C’est vrai que le style est direct, sans fioritures, sans intention poétique, il n’essaie pas de faire « joli ». C’est un style âpre, rude, sans grandiloquence, elle semble jetée à la hâte sur le papier, cette chanson-là. Ce qui semble manquer à notre critique-chanteur à texte, c’est le côté bien léché, peut-être le « fini » du texte ? Boris n’a pas assez astiqué son verbe, peaufiné l’épithète.
Toujours en pensant à Degas, nous conseillerons à notre chanteur à texte de vérifier que ses propres chansons, bien léchées et fort bien « finies », sont vraiment commencées ? Ensuite il aura tout le temps de dézinguer les œuvres passées à la postérité.
Mais après tout, peut-être que la postérité préfère les chansons mal foutues et sans grâce, va savoir ?

Pierre Delorme  

(1) Faisons à l’auteur de cette sentence la grâce de l’anonymat.

1 commentaire »

  1. Quel dommage cet anonymat !!!

Soumettre un commentaire »