Gousset 2Ça y est, nous y sommes ! Il y a maintenant davantage de gens qui chantent que de gens pour venir les écouter… ils sont facilement des quatre ou cinq sur la scène, même plus, et seulement deux ou trois dans la salle, même moins, c’est devenu monnaie courante.
On ne sait plus bien où est le spectacle, sur la scène ou dans la salle ? Qui est le plus rare, le plus précieux, l’artiste ou le public ? C’est comme un zoo inversé, où il y aurait plus d’animaux dans les enclos et les cages que de visiteurs, on finirait par se demander qui est enfermé derrière les grilles, les gens ou les bêtes ? On peut se consoler en se disant qu’il y aura aussi bientôt moins de gens qui lisent des livres que de gens qui en écrivent. Et plus personne pour regarder la télé-réalité non plus, tout le monde sera dedans.
Tout le monde écrit, tout le monde chante, après tout pourquoi pas ? C’est même très bien, chacun a bien le droit de s’exprimer, mais chacun rêve en secret de reconnaissance et de gloire, alors là évidemment ça coince, ça n’est pas possible. Ou alors un quart d’heure, pas plus, c’est l’Américain Andy Warhol qui l’a dit. 

Pierre Delorme 

 

 

 

 

3 commentaires »

  1. delorme aussi dit :

    Encore faut-il s’entendre sur le sens du mot célébrité. Si on parle de la une des journaux ou d’un passage à la télé, même un quart d’heure, peu de gens, artistes ou non, y ont droit.
    Si on parle de notoriété, célébrité, locale, elle dure souvent plus longtemps, à bas bruit, mais constante.
    Alors, Warhol, qu’est ce que tu réponds ?

  2. POMMIER Marc dit :

    Pierre ! oui c’est vrai ! dur pour remplir les salles de spectacle !
    Peut-être un peu caricaturé mais cela est arrivé où le nombre de spectateurs était en dessous de 10 !
    Il est normal que les artistes veuillent faire connaître leur travail, leurs prestations…
    A haut niveau le showbiz a les dents dures, ils appâtent, leurrent bien des jeunes qui rêvent un peu de gloire. Un peu comme dans le sport d’ailleurs !
    Cette société pyramidale n’offre que très peu de place au tout haut sommet de la gloriole !
    Je n’ aime pas les concours… il fut une période difficile mais saine où les artistes avaient l’occasion de faire plusieurs cabarets dans la même soirée ! Cela leur permettait au moins de se confronter au public, de progresser ou si ce n’était le cas d’arrêter…

  3. Chris Land dit :

    C’est vrai que l’impression que les vases ne communiquent plus beaucoup, ou qu’il y a des fuites dans un des deux contenants, semble flagrante…
    Mais si les rapports s’inscrivent dans la durée, dans le respect, dans le plaisir partagé, et qu’il n’est pas question de grosse galette, ni de promo ni de stratégie, il existe encore quelques lieux où cet étrange échange peut avoir lieu… essentiel !

Soumettre un commentaire »




Abonnez-vous à notre newsletter