Alma Forrer, lors d'un concert en appartement organisé par Oliver Peel, le 24 septembre 2013. Photo : Julien Duclos.

Alma Forrer, lors d’un concert en appartement,
le 24 septembre 2013. Photo : Julien Duclos.

Après une année entière sans programmation, nécessaire au passage de relais entre l’ancienne et la nouvelle équipe gestionnaire ainsi qu’à la réalisation de quelques menus travaux, le Forum Léo-Ferré, à Ivry-sur-Seine, a rouvert ses portes en septembre dernier. Son fonctionnement est resté le même, s’appuyant sur une équipe de bénévoles, ce qui n’est déjà pas une mince affaire pour une salle de spectacle proposant une programmation aussi fournie. Aussi faut-il saluer comme il convient l’initiative prise par ses nouveaux responsables d’ajouter à cette programmation, au rythme d’un mercredi par mois, une soirée « Banc d’essai » ouverte à de jeunes artistes débutants. L’occasion pour eux de se produire dans de bonnes conditions, dans des lieux de chanson dignes de ce nom, est en effet suffisamment rare pour être signalée. D’une sage prudence, les organisateurs ont toutefois évité de transformer ces soirées en « scènes ouvertes ». L’expérience a plus que démontré, en effet, que le risque est grand, dans ce domaine, de voir affluer ce qui se fait
de pire.
Reprenant grosso modo la formule – annuelle celle-là – instituée naguère par le Centre de la chanson avec « 7 au pied du micro », sept jeunes gens avaient donc été sélectionnés et invités à occuper chacun la scène durant une dizaine de minutes pour y interpréter des chansons de leur cru. Il ne s’agit nullement ici d’un concours, mais d’une simple écoute. A l’issue de cette soirée, placée sous le parrainage très amical du sympathique pianiste Jean-Louis Beydon (1), pas de classement, pas de notation, pas de prix à délivrer. Ce « banc d’essai » consiste simplement à découvrir de jeunes artistes inconnus, et l’on peut regretter, à ce titre, que pour le lancement de cette formule, ce mercredi 20 novembre, les amoureux de chanson, dont la curiosité ne semble plus être la première des qualités, n’aient pas été plus nombreux, d’autant qu’aucun prix d’entrée n’est réclamé.
Pour cette première édition, les jeunes gens présents nous ont offert dans l’ensemble ce que nous sommes habitués à entendre depuis plusieurs années  déjà de la part des nouvelles générations : des thèmes majoritairement très égocentrés, des historiettes dont l’intérêt ne semble pas considérable, et une tendance très actuelle à verser dans un inévitable comique un peu balourd et adolescent. On aura noté, de la part d’un jeune homme moustachu, un petit retour à une chanson rive gauche quelque peu surannée, aussi bien dans la façon d’écrire que dans le mode d’interprétation. Et puis il y a la découverte, qui m’a paru survoler la soirée. En l’occurrence une jeune femme semblant promener avec elle un petit regard triste que quelques sourires viennent atténuer. Alma Forrer possède une réelle qualité d’écriture, un beau jeu de guitare, cette capacité à instaurer, en l’espace de trois chansons, un univers où dominent une certaine mélancolie et de belles interrogations ou inquiétudes de femme, à quoi s’ajoute ce je-ne-sais-quoi de difficilement explicable qui nous fait ressentir qu’on est là en présence d’un talent en devenir. Il lui faudra bien sûr corriger quelques petits défauts en scène, que sa timidité et une émotion compréhensible ont soulignés, mais l’expérience l’y aidera.

Floréal Melgar

(1) Jean-Louis Beydon a accompagné, entre autres, Claude Nougaro,
Bernard Joyet, Enzo Enzo, Henri Courseaux et Allain Leprest. Avec ce dernier,
il participa, le 9 mai 2001, à l’inauguration du Forum Léo-Ferré.

2 commentaires »

  1. Maillot Daniel dit :

    Floréal, ton billet m’a rendu curieux… donc j’ai cherché et trouvé ça :
    https://soundcloud.com/almaforrer
    Effectivement Alma Forrer n’a que deux titres, mais c’est bien écrit et l’enregistrement est soigné ! A suivre, je pense…
    Merci !
    Daniel

  2. Robert André dit :

    Merci Floréal…et merci Daniel, voici en effet une bien belle découverte que ne désavouerait certainement pas Anne Vanderlove.

Soumettre un commentaire »