Nous entamons ici la publication de ce qui constituera, au final et si tout se passe comme prévu, le  journal d’un projet de spectacle, intitulé Jean-Roger Caussimon, vagabond d’automne

58159595L’idée de créer un spectacle autour de l’œuvre de Jean-Roger Caussimon (1918-1985) est née à la lecture de La Double Vie, les Mémoires (1) de ce comédien également auteur et chanteur de chansons. Certains de ses textes, mis en musique et interprétés par Léo Ferré, font désormais partie du répertoire, au titre de « classiques » des années cinquante et soixante, comme Le Temps du tango, Comme à Ostende, Monsieur William, pour ne citer que les plus célèbres. D’autres qu’il chanta lui-même, à partir des années soixante-dix, furent mis en musique par des compositeurs comme
Francis Lai ou Éric Robrecht, entre autres.
L’œuvre chantée de Jean-Roger Caussimon est aujourd’hui un peu oubliée. Créer un spectacle à partir de ses chansons et des réflexions ou commentaires qu’il nous
a laissés dans son livre nous a semblé une bonne façon de lui rendre hommage.
La comédie (théâtre, cinéma et télévision) et la chanson ont occupé la Double Vie de Jean-Roger Caussimon. Le spectacle sera donc conçu et monté par les élèves des départements Art dramatique et Chanson de l’École nationale de musique (ENM) de Villeurbanne. Une occasion pour eux de le découvrir (ou redécouvrir) et de le faire connaître.
Nous avons sélectionné un certain nombre de ses textes en prose qui évoquent
le métier de comédien, l’écriture de chansons, mais aussi l’enfance, la guerre,
la jeunesse, l’ivresse. Des chansons viennent répondre à ces thèmes. Les choix ne sont pas définitifs et pourront évoluer au fil du travail et des contraintes diverses que ne manqueront pas d’apparaître !
L’idée est de bâtir un spectacle de chansons théâtralisées, où les chansons dialoguent avec les textes en prose, joués ou dits, et de brosser ainsi le portrait
d’un artiste et de son époque. Nous sommes aujourd’hui dans les limbes de cette entreprise.
A partir de maintenant les questions commencent à se poser, les unes pratiques (dates de répétitions, choix de l’accompagnement musical) et d’autres plus artistiques (pertinence des propositions de jeu, d’interprétation, etc.).
Une première mouture de ce travail sera donnée au festival Brut de Fabrique,
au Théâtre de l’Iris, à Villeurbanne, à la fin du mois de mai. C’est court, mais l’aventure commence !

Pierre Delorme

 (1) Ils ont été publiés (accompagné d’un CD de 27 titres inédits ou introuvables) au Castor astral, en 1994.

2 commentaires »

  1. Chris Land dit :

    On peut également remercier Pierre Barouh et sa maison de disque Saravah d’avoir réédité l’intégrale (?) des chansons de ce « grand bonhomme » de la chanson dont quelques-unes ont été interprétées pour et dans des films. Spécialement celui sur la Commune…

    • La Commune est en lutte est chantée dans le film de Bertrand Tavernier Le Juge et l’assassin. Quant à Pierre Barouh on peut surtout le remercier d’avoir convaincu Jean-Roger Caussimon d’enregistrer ses chansons.

Soumettre un commentaire »