indexNous sommes à Saint-Ouen, au nord de Paris,
là où la Môme de Jean Ferrat passait toutes ses vacances. Dans le cadre de l’opération « Quartiers en histoire » lancée par le service des archives de la municipalité et appuyée par l’historien Pierre-Jacques Derainne, les auteurs-chanteurs Annie Pauleau et Yannick Le Nagard, Audoniens eux-mêmes, ont mené durant trois ans une expérience originale dans trois quartiers de la ville, à raison d’une année par quartier : recueillir les témoignages d’une centaine de personnes, des photos aussi, et, à partir de cette collecte, composer des chansons qui traduisent les tranches de vie racontées par les habitants de cette banlieue populaire et ouvrière. Annie Pauleau témoigne : « Chaque année,
il y a eu collecte de témoignages et de photos d’habitants. Par ailleurs, tous les mois,
il y avait une réunion que l’historien Pierre-Jacques Derainne appelait atelier-mémoire où un thème était abordé. A la fin de chaque atelier, nous présentions entre une et trois chansons pour que les habitants puissent nous dire si nous étions fidèles à leur propos.
Le plus marrant c’était de tenir compte de leur avis tout en gardant ce que nous
voulions dire. »
De ces rencontres, plus d’une trentaine de chansons ont résulté, mais seules
douze d’entre elles ont été choisies pour composer le CD né de cette expérience,
C’est ma parole avec la tienne. Elles nous parlent d’avant-hier, d’hier et un peu d’aujourd’hui, des usines pour la plupart disparues, des chiffonniers, des mariniers du quai de Seine, de l’opposition à la guerre d’Algérie, des terrains vagues qui servaient de terrains de jeux, des baraquements d’après-guerre qu’on quittait
pour les « cages à lapins » des « trente glorieuses », des bastons de fête foraine,
des immigrations maghrébine et portugaise qu’accompagnent ici l’oud et la
viola caïpira de Lucien Zerrad, des cités, des tours, des dealers…
Avec des mots simples comme la vie de ces gens qui les ont inspirées,
Annie Pauleau et Yannick Le Nagard ont réussi à écrire des chansons qui rendent, sans la trahir, cette mémoire du peuple, avec plus ou moins d’humour ou de gravité selon les thèmes, mais toujours sans pathos, sans démagogie militante, sans magnifier le passé ni en faire table rase. Ces chansons qui épousent la cause du peuple et qu’Annie Pauleau et Yannick Le Nagard interprètent eux-mêmes, accompagnés par Thierry Garcia, auteur de plusieurs des musiques, Aristide Gonçalvez et Nicolas Carpentier, par Malika Berrichi au chant dans L’Œil  du cyclone, « parleront » sans doute davantage à tous ces enfants du baby-boom ayant poussé, à Saint-Ouen ou ailleurs, dans la périphérie populaire de la capitale. Pour les plus jeunes, c’est un beau cours d’histoire sociale en musique qui est délivré ici, en même temps qu’un bel hommage rendu aux modestes.

Floréal Melgar

Pour écouter onze des douze chansons du CD :  « C’est ma parole avec la tienne »

Paix en Algérie, paroles et musique de Yannick Le Nagard, interprétée par
Annie Pauleau et Yannick Le Nagard.

3 commentaires »

  1. delorme aussi dit :

    Ce CD m’intéresse à plus d’un titre. Où peut-on se le procurer ?
    Merci de nous avoir fait connaître cette aventure.

    • Pour l’instant, le CD n’est pas disponible. Les chansons peuvent être écoutées uniquement sur le lien placé au bas de l’article. Les personnes à l’origine de cette expérience ont pour projet de monter un spectacle avec les onze chansons mises en ligne et celles qui n’y figurent pas. On peut supposer qu’alors il sera possible de se procurer le CD.

    • Annie Pauleau dit :

      En réponse à « delorme » :
      A quel titre, alors ?

Soumettre un commentaire »