JocelyneSur mon Teppaz, j’ai écouté Le Dimanche et le jeudi par Jocelyne. Nous sommes en 1964, la chanteuse a treize ans et une voix plus grande que son âge. Comme Brenda Lee, son modèle américain, dont elle adapte ici Lonely Lonely Lonely Me. Ce qui donne en français taillé exprès pour elle :
Le Dimanche et le jeudi. Qui étaient alors les « deux jours favoris » des écoliers (et de leur « maîtresse aussi », comme le soulignent malicieusement les paroles). Et c’est là qu’on voit qu’une chanson anodine peut, avec le temps qui passe, prendre une dimension historique. « Quand le dimanche est fini / On est à trois jours du jeudi / Et quand le jeudi est passé / Le dimanche est vite arrivé. » Plutôt que de chercher leurs phrases, les grands-parents choisiront ce quatrain de Pierre Saka pour expliquer aux petits-enfants qu’à leur époque (quand un demi-siècle s’est écoulé, on n’a pas d’autre choix que d’appeler les choses par leur nom), si on échappait à l’école le jeudi, on y passait, en revanche, toute la journée du samedi. Arrivés à ce point de leurs souvenirs, les plus honnêtes préciseront que la dernière heure de classe était le plus souvent partagée entre le choix d’un livre de bibliothèque et le dessin d’une frise… Une quoi, grand-papa ?

René Troin

 Jocelyne, Le Dimanche et le jeudi (paroles françaises : Pierre Saka – paroles et musique de la chanson originale : J. Norris et K. Richards ), 1964.

3 commentaires »

  1. patrick ochs dit :

    Sacré René ! Comment fais-tu pour piocher parmi les meilleures chansons de mon enfance ? J’adore. Je l’ai sans doute chantée à tue-tête. Je me demande ce qu’est devenue cette jeune interprète.

  2. Jocelyne Tual B dit :

    Merci pour cette découverte, je n’écoutais aucune chanson à l’époque… pas accès à la radio. C’est aussi touchant de voir mon prénom en haut d’une affiche… y a pas tant de « Jocelyne » dans la chanson. En tout cas, quelle belle vitalité, quelle force !… 13 ans !!??

Soumettre un commentaire concernant patrick ochs »




Abonnez-vous à notre newsletter