Je vous le chanterai maintenant, sous les étoiles ou pas

Ancien_poste_radio_TSF_Reela_1948Dans un article paru ici même en octobre 2013, intitulé « Silence radio », j’avais eu l’occasion d’évoquer ce phénomène curieux, chez la plupart des amateurs ou spécialistes de la chanson en marge, qui les amène à écrire abondamment, toujours pour se plaindre, sur les stations de radio qui ne diffusent plus – ou plus guère – leurs chansons préférées, quand, dans le même temps, ils ignorent ou ne font allusion  que très modérément à celles qui, précisément, offrent un assez vaste espace à leur passion. M’étant alors limité dans cet article aux seules émissions de chanson proposées par Radio-Libertaire, il convient peut-être aujourd’hui de fournir une liste plus étoffée* et sans doute à compléter de ces stations, afin d’apaiser le courroux et le chagrin qu’a entraînés la suppression annoncée de l’émission La Prochaine Fois je vous le chanterai, de Philippe Meyer, sur France Inter.

Floréal Melgar

– Sur France Culture : CHANSON BOUM. Hélène Hazera, dimanche, 23 h à minuit.
– Sur Radio Saint-Pierre-et-Miquelon : JAMBON BEURRE. Patrick Boez et Hélène.
http://www.patrickboez.com/jambon_beurre/
– Sur Radio-Libertaire : DE RIMES ET DE NOTES. Marlène, jeudi, 12 h-14 h.

– Sur Radio Libertaire : ÇA URGE AU BOUT DE LA SCÈNE. Les deux Bernard, lundi, 21 h à 22 h 30.
– Sur Radio Libertaire : DEUX SOUS DE SCENE. Nicolas Choquet, samedi de 15 h 30 à 17 h.
http://www.radio-libertaire.net/
– Sur Radio G à Angers : ON EST LÀ POUR VOIR LE DÉFILÉ. Michel Boutet et Pascal Laborie, un mercredi sur deux, de 17 h à 18 h (semaines paires).

http://www.radio-g.fr/content/est-l-pour-voir-le-d-fil
– Sur Radio RCN à Nancy : JE VIENS VOUS VOIR. Guy Zwinger et Jean-Paul Guyot, vendredi, 13 h à 14 h.

http://jp-guyot.blogspot.fr/p/je-viens-vous-voir.html
Sur Marmite FM : LE TEMPS NE FAIT RIEN A L’AFFAIRE. Jean-Francois Grandin.

http://marmitefm.universpodcast.com/tag/le-temps-ne-fait-rien-a-laffaire/
– Sur Fréquence 7 : ÇA ME CHANTE. Sabine Moullé.

http://www.frequence7.net/forum/index.php?board=81.0
– Sur RAM Hautes-Alpes : LA CHANSON D’ABORD.  Pierre Fortoul-Gérard Quiblier, samedi, 18 h 45 à 19 h30.

http://www.ram05.fr/spip.php?rubrique158
– Sur Radio Campus Lille : ATELIER DU DÉSIR NOVATEUR. Jacques Topart.

http://www.campuslille.com/index.php/categories/listings/atelier-du-desir-novateur
– Sur Radio Déclic : CHANSOMANIA. Sébastien Dihl, samedi, 11 h à 12 h.

http://www.declicradio.fr/accueil/programme/les-emission/chansomania/
– Sur Radio Fréquence Paris Plurielle : ALLÈGREMENT VOTRE. Christian Deville-Cavelin, dimanche, 14 h à 16 h.

http://www.rfpp.net/spip.php?article117
– Sur Radio Déclic : L’ARBRE A CHANSONS. Serge Joseph, mercredi, 9 h à 9 h 30.

http://radiodeclic.fr/shows/larbre-a-chanson/
– Sur Canal Francophonie : EVY …DEMMENT. Evelyne Naye, mercredi, 21 h à 0 h.

http://evy330.free.fr/
– Radio Campus Paris : OH EH HEIN BON. Jonathan Landau, un mercredi par mois de 21 h 30 à 23 h.

http://www.radiocampusparis.org/ohheheinbon/
– Les chroniques de François Bellart, sur PFM 99,9.

http://www.radiopfm.com/reportages-chroniques/les-chroniques/partager-d-autres-chansons/

* Merci à Serge Leroux pour l’établissement de cette liste.

Read More

La chanson pêchée à la ligne

klein
Supprimer le mot temps de notre vocabulaire reviendrait à nous coudre la bouche. Il suffit de voir l’immense place qu’il occupe en littérature et en philosophie, dans les sciences et la poésie, et surtout dans la chanson populaire, celle qui nous rappelle que la vie est brève, nos amours éphémères et la mort certaine, pour le cas où, distraits par trop de joies, nous l’aurions oublié.

Les Tactiques de Chronos,
Etienne Klein,
Flamarion, 2004.

Read More

Read More

Un musée de la chanson à la radio ?

Faisons un rêve. Imaginons que le service public radiophonique considère que la chanson ne doit plus être diffusée uniquement au fil de son actualité promotionnelle, ou du moins pas toujours. Le muséeImaginons que ce même service public considère aussi qu’il est inutile et improductif de produire des émissions aux heures de grande écoute où l’animateur (approchant les soixante-dix ans) passe « en fraude » des chansonnettes qui seront immédiatement cataloguées « vieilleries » et « ringardises », par l’auditeur lambda.
Imaginons que le service public décide de consacrer une tranche horaire (raisonnable) à une émission hebdomadaire présentée comme un « musée de la chanson ». Peut-être que les auditeurs iraient y jeter une oreille, puis deux, mais
en toute connaissance de cause, pour y écouter avec une attention nouvelle des chansons qui ne sont pas forcément d’aujourd’hui.
L’idée même de musée, longtemps couverte de toiles d’araignée et de poussière a beaucoup évolué au cours des cinquante dernières années. La fréquentation des œuvres par le public populaire a augmenté. Les « événements » drainent des foules entières de personnes qui ne sont pas forcément des « amateurs » de peinture, par exemple. Pourquoi ne réussirait-on pas la même chose avec la chanson ? Créer une émission « savante », mais à la portée de tout le monde, sur la chanson, son histoire, ses modes, ses styles, etc. Et dans la foulée, pourquoi ne pas accompagner un public (captif) de jeunes à des concerts de chanson « à l’ancienne », à la Maison de la radio ? On les accompagne à la projection des films anciens ou à des représentations théâtrales de facture classique, pourquoi ne pas leur montrer, par exemple, ce qu’était un récital d’interprète, style
rive-gauche, voix/piano ?
La seule condition de réussite (à mon avis) tient au fait de présenter dès le départ les artistes et les manières de faire (phrasé, arrangement, mixage, etc.) comme représentatifs d’une époque passée, afin de ne pas les mettre en concurrence systématique avec l’actualité immédiate de la chanson, souvent confondue avec sa modernité.
Peut-être cela permettrait-il d’éclairer la lanterne des nouvelles générations, voire des anciennes.
Mais hélas, il ne s’agit que de chanson, un art populaire aujourd’hui assimilé à un simple divertissement… alors, il y a de fortes chances pour que ça ne reste qu’un rêve.

Pierre Delorme

Read More

 

 crapaudf

Floréal Melgar Cofondateur de Radio Libertaire. Animateur du Forum Léo-Ferré pendant dix ans.
 

Pierre Delorme Auteur-compositeur-interprète. Professeur à l'Ecole nationale de musique de Villeurbanne. 
 

rossignolfRené Troin Expert chanson sans assurance.

 



Abonnez-vous à notre newsletter

Sélectionnez une ou des listes :

Le répertoire*

Le répertoire*

Voilà nos amateurs compulsifs de chanson de qualité à nouveau vent debout, en posture de « résistants » ! On va supprimer « leur » émission hebdomadaire concoctée par l’immarcescible Philippe

Read More

Les inédits de Brassens

Après l’indispensable et savoureux Journal et autres carnets inédits (1) de Georges Brassens, paru en 2014, voici cette fois un autre petit bijou pour qui reste

Read More

Elévation du public ? (2)

Elévation du public ? (2)

Tout d’abord, une précision. Le prix Jacques-Douai auquel fait référence l’article de Pierre* pour introduire le sujet qui nous occupe ne récompense pas un artiste « dont

Read More

Les ombres des Shadows

Les ombres des Shadows

Sur mon Teppaz, j’ai écouté Fort Chabrol par les Fantômes. En 1961, Dean Noton (guitare solo), Jacques Pasut (guitare rythmique), Danny Maranne (guitare basse) et Charles

Read More

Portrait en creux d'un ami

Portrait en creux d'un ami

On parle volontiers « des goûts et des couleurs » quand on veut évoquer la diversité des caractères et des personnalités. Dimanche dernier, nous avons organisé cette soirée

Read More

Ce que dit Paco

Ce que dit Paco

J’ai vu le film documentaire consacré à Paco de Lucia, le grand guitariste andalou qui a révolutionné le flamenco. Le film, réalisé par son fils, produit

Read More

Élévation du public ? (1)

Une chanson peut-elle être un moyen d’ « élévation du public » ? Le prix Jacques-Douai récompense chaque année un artiste de la CFQ dont un des soucis doit

Read More

Une chanson à plus d’un titre

Une chanson à plus d’un titre

Sur mon Teppaz, j’ai écouté Infidèle par les Copains. En 1961, Alain Gaunay et Claude Pitowski n’auraient pas pu trouver plus simple et efficace pour baptiser

Read More

Ici, c'est le coin des amis de passage. Ceux qu'on rencontre au gré d'un blog ou d'un concert. On les connaît bien ou non, mais on apprécie les histoires qu'ils nous racontent et les réflexions que la chanson leur inspire, pour peu qu'ils aient des bons et des mauvais goûts divers, et ne dédaignent pas le poil à gratter. C'est en cela qu'on reconnaît les amis des crapauds et des rossignols. Il y aura toujours un bord de boutasse ou un bout de branche pour eux.

LTG

Absents le temps d’un long week-end studieux, les trois gars n’ont pas voulu laisser leurs lecteurs sans nouvelles. Aussi en ont-ils écrit trois, inspirées par une ou des chansons de leur choix.

LTG

Durant la période dite trêve des confiseurs les trois gars furent mobilisés sur le front grand-parental,  une bonne excuse pour ne plus rien écrire, manger des chocolats et laisser tomber les lecteurs. Cependant, honteux de leur attitude cavalière, ils décidèrent de donner quand même un peu de lecture à leurs hôtes, sous la forme de trois contes de Noël. Trois contes dans lesquels vous retrouverez les aventures de Mingus et Younsouna, de Johnny-au-disque-d'or, et de Balthazar Brassens, Melchior Ferré et Gaspard Brel.  Les personnages et les situations de ces récits étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite, il va sans dire...

Pierre Delorme

C’est Pierre qui a commencé en m’envoyant deux vers et en me mettant au défi d’en tirer une fable. Il faut dire que le nom du site poussait vers ce titre à la La (ah ! là là !) Fontaine : « Le crapaud et le rossignol ». Je m’y suis donc collé. Après quoi (coâ) Pierre s’est pris à son propre jeu. Et Floréal ? Il a fini par sortir du bois (où chante le rossignolet) pour aller droit au but.

René Troin